Voyage - Premier hiver de retraite

Texas
(24 janvier - 12 mars 2004)

 

Il est certain que les préparatifs d'un voyage, surtout pour 7 semaines, sont des semaines de fébrilité. On passe par l'anxiété, la joie, l'énervement, l'inquiétude et l'euphorie. C'est un autre grand projet de vie qui se réalise. Ça fait plus de 20 ans qu'on prépare cette retraite avec tout ce que ça implique. En fait, 2 gros projets devaient combler ce qui reste de notre vie... le déménagement à la campagne qui s'est fait en avril 2003 en douceur finalement malgré mes grandes appréhensions et le "voyager". C'est pourquoi ce premier voyage représentait tant.

On n'arrive pas là sans organisation et planification... oh que non (comme dirait mon petit-fils Léo). On ne met pas sur la route 50-60 milles dollars à crédit quand on est à la retraite. Il en a fallu des sacrifices de toutes sortes et des économies de "petit cochon" pour se payer un camion et une roulotte à sellette (Fifth Wheel)... oui monsieur!

Notre "boîte à plaisir" est une petite Bonair 1999 de 27 pieds tractée par un camion GMC 2000 4x4 diesel mais c'est tout ce que nous avons de besoin pour enfin réaliser notre rêve... VOYAGER !!!

Donc, Texas... here we come !!!

D'abord, situons le Texas dans l'État Américain (en jaune, schéma de gauche) et ensuite, comme le Texas est le plus grand des états, nous ne l'avons pas visité au complet... nous l'avons traversé du nord au sud mais seulement dans la partie est dont le parcours en rouge (schéma de droite) vous donne un aperçu.

De Houston, nous avons bifurqué vers la Louisiane (en vert, schéma de gauche) qui se situe tout à côté. Par la suite nous sommes revenus vers le nord pour rejoindre notre Canada.

Nous partons de St-Damien (Lanaudière) à 14 heures ce 24 janvier 2004 par un froid sibérien (moins 30 Celcius). Mon mari conduisant la camionnette avec la roulotte et moi dans la petite Tercel pour aller la garer chez ma belle-soeur à Joliette pour le temps du voyage. On repart ensemble (j'espère bien - hihihi) de Joliette à 15h30. Évidemment, voyager de nuit a de gros avantages sur la circulation et la tranquillité d'esprit pour le conducteur d'une FW mais l'inconvénient majeur est sans contredit la "perte" du paysage. Faut dire que la 401 en Ontario n'a pas grand chose à nous exciter de ce côté là mais on a eu la chance d'avoir une superbe lune qui nous a accompagné jusqu'à Napanee. On aurait dit qu'elle se couchait dans cette petite ville au bord du lac Ontario. C'était superbe !!! On traverse les douanes sans encombre à Détroit et on file toute la nuit en traversant le Michigan, l'Ohio et l'Indiana.

En entrant dans l'Illinois, ça se gâte et pas à peu près. On a droit à toute la mixture météo: pluie pour commencer se changeant en pluie verglassante, grésil et bourrasques de neige. On décide donc de se trouver une halte pour la nuit, le conducteur n'en pouvant plus et c'était loin d'être sécuritaire sur la route avec une roulotte dans le derrière. Donc on prend la première sortie qui se présente à nous et 24 heures plus tard, soit après 1800 kilomètres, nous sommes à Effingham en Illinois (le petit x rouge sur le schéma de gauche en haut de page). Le lendemain matin on repart vers l'autoroute 70 mais oh misère... des sorties de route à vous faire regretter d'être sortis du motel. J'ai compté 8 automobiles et 1 camion-remorque dans les fossés sur seulement 9 miles de distance. La chaussée est une patinoire, on roule à la vitesse d'une tortue car s'il fallait qu'on soit obligés de freiner, je crois bien qu'on serait facilement victime de dérapage avec la roulotte. D'ailleurs, rendu à St-Clair, toujours dans l'Illinois, l'autoroute est fermée à cause d'un camion-citerne renversé dans la coulée du milieu entre les deux voies de l'autoroute. Il faut sortir et emprunter la "rue de service" qui est plus ou moins un rang à deux sens où tout le trafic, autant venant du sud que du nord, doit s'engouffrer. L'horreur !!! Voir des remorques de 53 pieds négocier les croisées de chemin, voir des autos en file indienne, voir des camionneurs mécontents avec leur chargement, voir des enfants sur le bord du chemin à se lamenter la vessie pleine, voir des hommes et des femmes impatients... fut notre seule distraction pendant 3 heures. On remonte sur l'autoroute en question, ayant parcouru les exits 240 (St-Clair) à 230 (Stanton), soit 10 miles de route pendant ces 3 heures en question. Arrivés à l'exit 129 (Lebanon - ah non - pas encore eux - hihihi - inside joke faisant référence à mon ex-emploi) la pluie verglassante reprend et se change en poudrerie. Nous sommes à l'exit 61, mais dans le Missouri, on est entre chien et loup, André est épuisé, stressé et déçu. On décide de se prendre un autre motel. Le petit Jésus étant de notre bord, il y a un truck stop (station d'essence pour gros camions) et derrière le resto il y a un motel. Oh pas le grand luxe, on se croirait revenir dans les années 70 avec les murs en préfini brun foncé et le set de chambre style espagnol - hihihi - mais c'était très propre. On a parcouru à peine 545-550 kilomètres mais nous sommes exténués. On va souper au petit resto et dodo. Une bonne nuit devrait nous remettre d'aplomb...

Au réveil le lendemain, (nous sommes le lundi 26 janvier) oh surprise... nous n'étions pas au bout de nos peines... le camion ne part pas et la glacière, étant restée dans le camion, tout mon stock est gelé. Il a fait cette nuit-là moins 10 degrés Celcius et nous sommes au Missouri !!! On décide d'aller déjeuner, laissant le soleil réchauffer l'intérieur du capot ouvert. Quelques heures plus tard, on réussi à repartir. La neige cesse de tomber une fois arrivés dans l'Oklahoma - curieusement elle s'arrête subitement en traversant la Canadian River (drôle de coïncidence tout de même). Il est 16h30 quand nous entrons dans Dallas. Tu parles d'une heure pour arriver dans une telle ville !!! En plein dans le trafic des travailleurs, la ville est dans les rénovations de routes et comme nous sommes aux USA... ben, c'est big en mosus !!! Ça roule à 100/km/heure c'est certain. En tout cas trop vite pour nous qui avons notre roulotte toujours en traîne et que l'on doit chercher la sortie 635 qui doit nous mener au Camping Decar Hills. Essaie de trouver un numéro de sortie quand le chantier ressemble à une ville après un tremblement de terre !!! On y arrive et on trouve ledit camping finalement. On s'installe et on chauffe la roulotte car il fait froid encore, moins 7 Celcius. Trop froid pour rester, trop froid aussi pour visiter et à vrai dire, mon conducteur de mari n'avait vraiment pas le goût de retourner dans la jungle routière de Dallas. On repart donc le lendemain pour Austin, la Capitale du Texas. On tourne en rond un petit bout de temps pour trouver notre camping McKinney Falls et on s'installe pour 2 nuits. C'est un très beau camping et il est fort agréable de voir défiler les petits chevreuils autour de notre table à pique-nique. Il fait 5 degrés Celcius seulement mais André en profite pour laver la roulotte qui était vraiment très sale après nos péripéties hivernales. La glace figée sur la roulotte avait tout de même emprisonnée la saleté sur le devant et ce n'est qu'à Hillsboro (on était bas en titi) que la glace a réussi à fondre et à dégager la saleté accumulée.

Le jeudi 29 janvier, jour 5 en fait, on va visiter la belle capitale !!! Dans les guides touristiques, on nous conseillait la Pecan Street. Eh bien mesdames... on se serait cru dans un quartier malfamé du centre-ville de Chicago... pas des farces. Très très décevant. Des itinérants couchés le long de la rue, des mendiants et des prostitués à tous les coins mais si ce n'était que ça... les édifices croulent de vieillissement, les murs placardés, les vitres manquantes remplacées par des planches... seule une petite section est en voie de restauration mais il y a d'la job à faire là mes amis !!!

À Austin, on rencontre un couple retraité originaire de Sherbrooke. Ils voyagent comme nous dans une roulotte à sellette (F.W.) de 22 pieds, une Hornet, pour 4 mois. Je pense que nous étions les seuls à avoir de si petites roulottes... on se faisait remarquer entre les grosses Montana ou Titanium de 32-35 pieds mais ça nous faisait ni chaud ni froid. On logeait à la même enseigne qu'eux et nous parcourions les mêmes routes.

Vendredi le 30 janvier on part pour San Antonio.

Vous suivez toujours le trajet sur le petit schéma de droite ?

On se retrouve au Camping Guadaloupe River pour 2 autres nuits. Beau camping, tranquille (on n'est pas vraiment en saison et il fait toujours froid pour la période et la place).

Heureusement que lors de notre visite de San Antonio, le 31, le soleil a daigné nous rendre visite ce qui a permis une journée "fraîche" mais pas froide. Un gilet ou chandail manche longue suffisait... enfin.

Par contre, le camping est éloigné passablement de San Antonio mais le trajet vaut la peine. C'est une belle ville, propre, agréable à visiter. En voici un petit aperçu. Il y a un petit canal qui sillonne une partie du centre-ville, très bien aménagé avec des hôtels et restaurants tout le long. On se serait cru à Venise (mais je n'ai jamais vu Venise - lolll). Et plus au nord de cette promenade fluviale, il y a le quartier mexicain. En faisant un petit détour, on visite de justesse la Mission San José. Nous arrivons 30 minutes avant la fermeture. J'aurais bien aimé voir plusieurs missions mais on doit se restreindre car San Antonio est LA PLACE des Missions !!! On doit prioriser... même nos visites.

 

 

 

 

En plus de ces visites, nous avons fait du shopping dans un Outlet long de 1 kilomètre... des jeans Levi à $19,95 ça se prend bien (hihihi).

Mais le plus spectaculaire fut la visite du Natural Bridge Caverns entre San Antonio et New Braunfels. Je m'attendais à un "attrappe-toursites" mais non... de toute beauté. Très spectaculaire.

Mais le problème c'est que cette caverne était chaude et extrêmement humide. Il était fort difficile de prendre des photos, nos lentilles s'embrumaient immédiatement. J'en ai 5-6 mais le scan ne rend pas bien la photo. Je vous conseille donc de visionner leur site au www.naturalbridgecaverns.com ça sera plus convaincant. D'ailleurs la photo à droite de votre écran provient du site en question tandis que celle de gauche est la meilleure photo que j'ai pu tirer de mon scanner.

On voulait visiter une vignerie, le Dry Comal Creek mais n'était pas en opération. On s'est contenté de goûter le vin, d'en acheter une bouteille, du cabarnet sauvignon à $18 l'unité, mais ne valait pas le prix payé. Pas grave, c'était tout de même intéressant d'enfin passer 2 jours en ayant l'impression finalement qu'on "commence notre voyage" !!!

Prochain arrêt: Laredo et Nuevo Laredo, deux villes jumelles. La première étant au sud du Texas et la seconde au nord du Mexique.

Vous venez avec moi ??? Suivez la flèche...

OU

ou page 1 | 2 | 3