Page 11

Nous voilà donc au centro de Campeche, au zocalo devant la cathédrale franciscaine.  La première chose qui frappe c'est la propreté des lieux même s'ils sont à faire des travaux de réfection.  D'ailleurs, toute la ville a été restaurée.  C'est super cute ici... mais d'abord, parlons de "Can Pech" comme l'appelait les gens avant la conquête espagnole.  C'est une ville fortifiée, comme Québec si l'on veut, mais différemment.  Le systême de fortifications de Campeche est un exemple remarquable de l'architecture militaire des 17e et 18e siècles et faisaient partie intégrante du système de défense intégral mis en place pour se protéger des attaques de pirates.  Plus de 1600 façades ont retrouvé leur polychromie d'antan et une partie des murailles de l'ancienne ville fortifiée a même été reconstruite ! Il s'agit d'un rempart en forme de polygone irrégulier, dont subsistent actuellement 6 côtés (sur les 8), 7 bastions et il restent 2 portes d'accès (sur les 4) et 2 forts d'appui.  La Puerta del Mar (porte de mer) a été reconstruite tandis que la Puerta de Tierra (porte de terre) est originelle mais rénovée, évidemment. 

Il n'y a pas beaucoup de touristes qui s'arrêtent ici mais c'est une ville qui vaut le détour même si elle est petite.  Conscients de la responsabilité d'avoir une ville patrimoine, les habitants de Campeche veillent et protègent sa richesse historique par une importante réglementation mise en place par le gouvernement de l'État, la municipalité et la société civile.  Et ça paraît !  La ville a fait peau neuve ayant restauré les édifices, les maisons, refait certaines rues et trottoirs.  Flâner dans les rues (ici ils disent mueles = ruelles) donne l'impression d'arpenter la palette géante d'un aquarelliste.  Les façades aux tons pastel de ses vieilles demeures baroques sont un régal pour les yeux.  Vraiment une belle petite ville de 205,000 habitants.  On s'est promené passablement, faisant une partie du Circuit des Baluartes (le parcours des bastions) côté mer surtout et comme notre carte était difficile à comprendre, on est revenu une couple de fois sur nos pas - loll.

Comme partout ailleurs, il y a la cathédrale (1ère photo), le zocalo (2ième photo), les marchés, les parcs, les églises (dont une a un phare en guise de deuxième clocher - dernière photo - regardez le clocher de droite) et bien sûr tous les autres édifices municipaux et commerciaux. En voici donc un aperçu...

 

Jour 108 - 17 mars 2011

Eh oui... encore sur la route pour faire une autre étape... mais là on est vraiment sur notre retour.  On se rend donc à Ciudad del Carmen.  On avait en note un camping, La Cabaña, mais sur l'enseigne c'est inscrit Hotel Freedom Seashore et en dessous La Gringa.   Quand on entre, ça n'annonce pas très bien mais derrière l'hôtel, sur le bord de la mer, c'est super beau.   Très bien aménagé avec un petit resto sur place.  Je pense que l'hôtel c'est bien le Freedom tandis que le resto s'appelle La Gringa (serait-ce le féminin de Gringo - un(e) américain(e) ?  Possible mais n'y nous sommes pas allés). Et comme nous arrivons un peu avant le dîner, on va pouvoir relaxer ici.

Après le dîner, on va faire une marche sur la grève, question de ramasser de beaux coquillages qu'on ne retrouve pas ailleurs au Mexique, du moins pas aux endroits que nous avons visités. Ce sont des Strombus alatus ou Florida fighting conch (3ième photo) et des Busycon contrarium ou Lightning whelk (4ième photo).  Mes ti-culs vont être contents !  Par la suite, une marche pour des petites commissions au village question d'acheter un peu de légumes et de fruits et de la bière.  Au retour, nous rencontrons un couple de québécois qui campe à côté de nous et qui ont voyagé avec la caravane Diamente mais qu'une fois à Acapulco n'ont pas aimé l'ambiance.  Ils étaient eux aussi sur leur retour.  Un petit drink avant le souper avec eux et nous voilà de retour à notre VR pour souper.  Mais avant, André s'est informé pour acheter du poisson car juste de l'autre côté de la clôture qui entoure le terrain de camping, il y a 5-6 barques qui partent la nuit - oui oui la nuit - pour aller pêcher en mer et qui reviennent aux petites heures du matin.  Donc, il a rdv demain matin pour s'acheter du poisson - lolll.

ce ne sont pas mes photos, prises sur le web pour vous donner une idée de ce que c'est

 

Jour 109 - 18 mars 2011

Eh oui, il l'a eu son poisson !  Heureux homme !  Nous revoilà donc sur la route une fois de plus, direction Villahermosa.  Ici, c'est curieux... la route traverse des marais à n'en plus finir.  La végétation change au fur et à mesure qu'on remonte et c'est normal.  On traverse Villahermosa via un boulevard (la 180D et 180), le trafic est dense et le peu qu'on voit de cette ville ne nous invite nullement à y rester ni même à visiter.  Par conséquent, on ne fait que passer.

Le camping prévu est dans un stationnement d'un parc d'attractions, le Recreativo El Gordo Y San Pancho.  On stationne sur le bas-côté du boulevard et André s'y rend à pied.  C'est effectivement un parc d'attractions, la musique joue à tue-tête et on est vendredi !  Alors le repos... un week-end, oublions ça.  On décide donc de continuer notre chemin et de trouver une autre place.  On s'arrête à Agua Dulce au Rancho Graham... hum... ça m'a l'air fermé mais comme on voulait repartir, un type sort en courant et vient nous ouvrir la barrière devant sa maison.  Effectivement, il y a déjà eu un terrain de camping derrière la résidence mais ne sert plus depuis des lustres.  Par contre, le type nous invite à nous stationner au côté d'un bâtiment qui sert de remise où on peut avoir électricité et eau.  Super !  On est seul, évidemment, mais la place est sécuritaire étant clôturé tout le tour et il y a une maison pas loin.  Le tarif nous semble un peu exagéré mais j'aime mieux donner $170 pesos à un individu qu'à un commerce.  Au moins, ça ira dans sa propre poche... et c'est loin d'être riche ici !

 

Jour 110 - 19 mars 2011

On lâche pas...  aujourd'hui, destination Lago Catemaco.  On part vers 7h00 de "notre ranch mexicain" et on arrive à l'Hotel Tepetapan où un trailer park est aménagé au bord de la rivière.  C'est bien et au même tarif que notre ranch mais loin d'être comparable - lolll.  On restera ici trois jours.  Encore une fois, on arrive avant le dîner.  Par conséquent après avoir rempli nos bedons, nous allons marcher dans la ville.  Belle église avec un intérieur superbe mais pour le reste, la ville est bien ordinaire.  Mais fait du bien de marcher le long de la malecon.

Catemaco est à la fois une ville, rien de bien particulier mais située au bord d'un des plus beaux lacs du Mexique sur le territoire des anciens Olmèques dans une région connue comme terre des sorciers dans les montagnes de la Sierra de los Tuxtlas..  Cette région s'étend sur 710 kilomètres carré le long du Golfe du Mexique aux pieds des volcans San Martin et Sierra Santa Marta et compte environ 50 000 habitants dont la moitié réside en ville. Le paysage y est pittoresque et de toute beauté.

Le Lac Catemaco est une maginifique nappe d'eau naturelle au sein d'une parcelle de forêt tropicale.  Il culmine à 340 mètres d'altitude (1 115.5 pieds) et il est entouré de volcans. La région vit du Tourisme, d'élevage, de pêche et d'agriculture. C'est une des régions les plus pauvres de l'État de Veracruz. Communauté isolée, Catemaco est aujourd'hui surtout réputée pour être le «siège social» de sorciers et sorcières locaux.  Pas vu un seul sorcier ici - lolll - j'aurais peut-être eu 2-3 souhaits à lui faire part !!! 

Ah oui... il paraît que Mel Gibson y aurait filmé plusieurs scènes de son film Apocalypto qui relate en quelque sorte la vie des mayas - ça vous défrise n'est-ce pas ?  Autant que moi qui ne connait absolument rien du cinéma - lolll.

   

 

Jour 111 - 20 mars 2011

Comme il était difficile de prendre des photos en roulant, lorsque nous sommes arrivés, André voulait retourner sur la route pour prendre des photos de ce fameux lac.  C'est que la vue est belle quand on arrive de Villahermosa, en montagne. Malheureusement, il y a un léger brouillard ce matin sur le lac.  Une fois notre travail de photographe fait - loll - on revient au campground et là, en dînant, on regarde mes notes et André s'aperçoit qu'il y a une chute pas trop loin.  Tant qu'à rester ici, aussi bien aller voir de quoi il retourne.  On se dirige donc à la chute Salto Eyipantla près de San Andrés de Tuxtla, petite trotte d'une vingtaine de kilomètres. 

La chute mesure environ 45-46 mètres (150 pieds) et on y accède par un très très long escalier aménagé.  J'ai compté les marches à mon retour, j'avais l'temps à la vitesse que je les remontais - lolll - 245 et dire qu'on a payé pour ça !!!  Jewish...  juste à l'écrire et la fatigue me revient - lolll.

   
   

En après midi, re-ménage de la roulotte suivi d'une bonne douche chaude aux douches du camping.  Un petit luxe qu'il ne m'est pas donné d'avoir souvent au Mexique - lolll - suivi d'une session d'internet.  Belle journée, exercice en sus !!!

 

Jour 112 - 21 mars 2011

Grasse matinée jusqu'à 7h00 au camping.  Comme je suis à déjeuner, le proprio ou le gérant du camping arrive en courant avec un cellulaire à la main me disant que j'avais un appel du Québec.  Le coeur me fait 3 tours et se met à battre plus vite, mes jambes ramollissent et des sueurs m'envahissent (j'ai failli écrire "et j'en pisse" pour compléter la rime mais ce n'est pas vrai - loll).  Les seuls qui savent que je suis ici, ce sont mes enfants mais pourtant ils ont mon numéro de celluaire mais sur le coup je n'y pense pas.  Alors tremblante, je prends l'appel pour apprendre qu'un québécois, que je ne connais pas, voulait qu'on aille le chercher à 100km de là car son camion est en réparation.  Le type, pris en quelque part avec camion et FW était au garage depuis à peu près 1 semaine mais on ne pouvait réparer son camion avant un autre 2 semaines car ils attendaient les pièces des USA.  Donc, il voulait qu'on ramène sa FW au camping pour attendre.  Pourquoi nous ?  Débrouillard ce monsieur Comtois !  Il a pris l'annuaire et a chercher le camping le plus près de son garage et a demandé à parler à un québécois sur ledit camping.  Aussi simple que ça et il a fallu que ça tombe sur nous mais nous n'avons plus l'équipement pour tracter une FW et nous ne sommes plus avec notre couple-accompagnateur.

Il ne fait pas bien beau ici aujourd'hui et comme j'ai internet dans la roulotte, j'en profite pour me mettre à jour. Somme toute, journée relax malgré ma frousse du matin !

Demain on lève les pattes... direction Veracruz.  Fatigués ?  Prenez un break vous aussi et revenez prendre place... la route est belle !  Allez, cliquez...

OU 

ou page 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | pour ceux qui veulent revenir sur des passages !