Page 7

Parlons d'abord du camping Maya Bell. Church dit dans son livre Mexican Camping que le terrain tend à être un peu funky et j'avais lu sur internet des commentaires négatifs et qu'il s'agissait d'un camping qui attirait les jeunes hippies Peace & Love voyageant en Westfalia 1960.  Bien, moi, j'adore ce camping.  On l'a choisi pour sa proximité avec le site archéologique se disant qu'on resterait 1 jour ou 2 et tant pis pour les fumeurs d'herbes - lolll. 

C'est un complexe "hôtellier" si je peux m'exprimer ainsi.  En entrant, la réception est adjacente à un petit restaurant (que je n'ai pas essayé mais dont notre couple-accompagnateur en a dit un très grand bien après avoir mangé leur imposant hamburger), on y loue également des chambres mais ce qui me frappe c'est le fait que, au bout d'un petit sentier aménagé qui mène à une partie supérieure du site, il y a une série de palapas[1] sous lesquels des hamacs sont suspendus pour y dormir.  Mais on peut également y ériger une petite tente si on préfère.  À cela, s'ajoute une piscine alimentée par un ruisseau qui descend de la jungle.  Bien sûr, il s'y ramasse du sable au fond de la piscine mais les poissons demeurent tout de même prisonniers de leur ruisseau endigué.  Il y a une casa pour le massage et tout à côté, un temazcal[2].  Et bien sûr un terrain pouvant accueillir environ une trentaine de VR, quoique pas trop gros... 40-45 pieds vous abstenir !  Le tout, est lové dans un grand espace au milieu de la jungle où on peut entendre les singes hurleurs[3].  Et à défaut de les entendre, chaque soir, au petit resto, on peut écouter de la musique douce.  Rien de mieux pour s'endormir.  Donc, un beau petit complexe adéquat pour tout voyageur même s'ils ne sont pas jeunes, ni fumeurs de substances illicites et qui n'ont pas de Volks des années '60 - lolll. 

Oui il y a beaucoup de jeunes qui arrivent avec sac à dos comme seul bagage et qui vont s'installer sous un filet contre les moustiques dans leur hamac ou dans leur tente.  Il y a aussi des petites familles qui préfèrent la quiétude des chambres mais jamais au grand jamais nous avons été importunés par le bruit.  Bien au contraire... ce fut super enrichissant de jaser avec ces jeunes qui me rappellent ma fille, backpackers elle aussi.  Le voici en photo...

le sentier menant aux palapas et dont on peut apercevoir les chambrettes
hamacs avec filet sous les palapas

 

 

 
le campground pour VR
la piscine alimentée par un ruisseau naturel

 

 

la chambre Temazcal
Cliquez ici 



  pour entendre le son que fait le singe-hurleur

[1] Palapa:  grand parasol fixe avec toit de chaume ou de feuilles de palmiers

[2] Temazcal:  mot Nahuatl signifiant "maison de chaleur", soit une hutte à sudation. Selon les coutumes, on les utilise pour purifier le corps spirituellement parlant, pour améliorer la santé mais aussi pour soigner des maladies.

[3] Singes hurleurs:  au Mexique on les appellent Mono Aullador ou Batz en langue mayaCe sont des primates de la famille des Cebidae - Alouatta Pigra.  Au Mexique, il sont noirs contrairement à leurs homologues d'Amérique Centrale qui sont marrons ou argentés.  Leurs épaules sont robustes et ses membres arrières sont disproportionnellement petits et semblent avoir l'air faible, alors que leur queue est préhensile et s'enroule souvent autour des branches.  Ils se nourrissent de fruits et de feuilles et on les retrouvent dans les forêtes entourant les sites archéologiques.  Ce qui impressionne le plus, car des singes sont des singes - lolll, c'est leur cri.  Il s'agit plutôt de grognements, suivi d'hurlements qui durent quelques minutes notammment à l'aube ou en fin de journée ou quand il pleut.  Comme pour les humains, les males émettent des sons plus longs et plus profonds, tandis que les femelles ont des hurlements plus aigus.  Malheureusement, ils sont menacés par la déforestation et la chasse et quelques populations ont été décimées par la fièvre jaune. .

Et maintenant, poursuivons avec Palenque et son site archéologique...

 

Jour 92 - 1er mars 2011

Comme le site archéologique ouvre à 8h00, il n'est pas tard quand on s'y rend d'autant plus que c'est à environ 2 km du camping.  Dès stationné, les vendeurs itinérants se "garrochent" sur nous, même à cette heure matinale.  On s'empresse d'acheter nos billets et on y va...  malheureusement, il n'y a pas de document remis pour le plan du site et j'ai oublié mes papiers à la roulotte.  Bon... on va faire avec...

Palenque est un impressionnant chef-d'œuvre de l'art maya. La technique et l’élégance de ses constructions, comme la légèreté de ses reliefs sculptés illustrant des thèmes mythologiques, témoignent du génie créateur de la civilisation maya.  En effet, il s'agissait à l'époque de nouvelles techniques de construction développées pour permettre de réduire l'épaisseur des murs et de méthodes innovatrices de drainage de la rivière Otulum. L'espace interne agrandi, les multiples ouvertures et le recours à des galeries confèrent une rare élégance à cette architecture richement décorée de sculptures et de stucs, d'un type entièrement nouveau. Son influence a été considérable dans tout le bassin de l'Usumacinta, et s'étendit même jusqu'à Comalcalco, aux confins occidentaux de la zone d'influence culturelle maya.

Je ne relaterai pas l'histoire pré-hispanique, ça serait beaucoup trop long et vous pouvez, sans aucun doute la retracer sur le web si le sujet vous intéresse.  Seulement ajouter pour ceux et celles qui ont visité le Musée d'Anthropologie de Mexico et qui ont vu la tombe de Pakal... bien c'est à Palenque qu'était le centre le plus florissant de la région sous justement les règnes de Pakal II (le roi au pied-bot) et son fils Kan Balam II (ben lui, il avait 6 doigts aux mains et aux pieds - lolll).   Le tombeau de Pakal II se trouve audit musée et c'est justement son masque qui est illustrée sur les souvenirs que vous achetez.

Revenons au site:  il est situé au cœur de la jungle tropicale.  Originalement, les ruines étaient le centre d'une immense ville qui s'étendait sur quelques 8 km carrés mais de gigantesques travaux de terrassement ont modifié la topographie naturelle du site pour permettre la "mise à nu" des fortifications et surtout l'accès aux touristes que nous sommes. Ses principaux monuments ont été édifiés entre 500 et 700, deux siècles qui correspondent à son apogée. Vers la fin du Xe siècle, les populations locales de la région du golfe de Mexico l'envahirent et entraînèrent son déclin et son abandon.  En voici une description succincte car il s'agit d'un immence complexe archéologique dont un seul temple peut comporter plusieurs structures pour former un ensemble architectural imposant:

Des photos valent milles mots à ce que l'on dit.  Il m'est impossible de toutes les mettre, ayant pris plusieurs angles de chacune des structures mais en voici un échantillon... en espérant avoir attribué le bon nom au bon temple - lolll - puisque je n'avais pas mon livre, pas de document, ni papier, ni crayon pour prendre des notes.  Si jamais j'ai fait erreur, veuillez m'en pardonner et m'en aviser svp.

Le Palacio

 

Le Palacio

 

Templo de las Inscripciones
Templo de las Inscripciones à gauche - sous le palapa la tombe de la reine rouge*
Templo de la Cruz
Templo de la Cruz Fiolada
Templo del Sol
 

Un long sentier, très bien aménagé à travers la jungle, nous descend vers la Cascada de la Reina* et vers le Museo de Sitio.  Mais ce qu'il n'est pas dit, c'est qu'une fois sur ce sentier, on ne sort pas à la même place où on est entré.  Nous devons donc remonter la route sur 1,5 km quand tu viens de te taper 3 heures de marche sur le site - lolll.  Et ça monte madame !!!  Et il fait 35 madame !!!  Et je n'ai plus d'eau madame !!!   Inutile de vous décrire dans quel état je suis arrivée au stationnement - lolll.  J'étais rouge comme une tomate, fanée comme une fleur en pleine canicule; j'étais poisseuse et j'aurais bu le chameau en entier - je représentait la flore et la faune à moi toute seule - lolll.

Après cet avant-midi fort intéressant mais éprouvant pour mes jambes nous allons faire un tour dans la ville de Palenque.  C'est une ville relativement moderne de 32,000 habitants environ, pas très bien entretenue et banale par surcroît. Pas plus grave que ça... à vrai dire je n'ai pas vraiment le goût de visiter la ville mais nous avons des commissions à faire.  Ce qui fait qu'en cherchant du propane pour LUI, une barre de métal pour suspendre notre linge pour nous (ah oui, j'ai oublié de vous dire que sur la 175 on a brisé ça aussi), une lavanderia pour les madames, un endroit pour faire l'épicerie et pour dîner (que nous n'avons pas trouvé)... bien disons que finalement on l'a visité en camion - lolll.  Arrivés vers 3h00 au camping, sans dîner, disons que ma journée était faite !

* en mémoire à la reine rouge dont le tombeau fut découvert juste à côté du Templo de las Inscripciones.  Ce sarcophage contenait les ossements d'une femme d'âge moyen couverts d'une épaisse couche de cinabre (espèce minérale composée de sulfate de mercure) d'où son sobriquet de «Reine rouge» - et accompagnés de nombreux objets en jadeDe chaque côté du sarcophage gisait le squelette d'une victime sacrificielle. La proximité du Temple des inscriptions contenant le sarcophage de Pakal fit penser aux archéologues que la Reine rouge pourrait être la mère de ce dernier. Cette hypothèse fut cependant infirmée par un examen ADN excluant toute parenté entre les deux. Faute de la moindre inscription, l'identité de la Reine rouge reste donc mystérieuse, même si on a spéculé qu'il pourrait s'agir de l'épouse de Pakal. - 4ième photo en partant du haut, là où vous voyez le palapa.

Demain est une autre journée n'est-ce pas ?  Au programme, nous aurons Aqua Azul et Misol-Hal.  Viendrez-vous ?  Dites oui et cliquez...

OU 

ou page 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | pour ceux qui veulent revenir sur des passages !