S u r   l a  r o u t e  d e s

M a y a s

 

On ne se rend pas au pays des Mayas  en criant "yasna " (mayas en verlan- loll) alors vous allez devoir me suivre dans mes déplacements et mes activités au jour le jour...  Le départ du Québec se fait le 30 novembre 2010 et le retour le 12 avril 2011. 

Ah oui... ceux qui ont lu mon blog au début (avant que mon ordi me lâche), soit vous vous rafraîchissez la mémoire, soit vous visionnez les photos que je n'avais pas mis sur mon blog ou soit vous "sautez" par dessus cette partie là du voyage.

Prêts ???  Alors débutons...

Jour 1 - 30 novembre 2010

Debout à 5h30, on s’affaire à paqueter la roulotte, déjeuner et finir les préparatifs de la maison que nous laisserons aux bons soins de notre ami André. À 7h30 on peut partir enfin !  On est fébrile, un peu nerveux et on se demande toujours si on a oublié quelque chose même si la roulotte et le camion sont pleins à ras bord – lolll

Vers 13h, nous sommes à Kingston (Ontario) sous un ciel nuageux et la pluie nous attend dans le détour sur la 401.  On réussi à passer Toronto sans encombre malgré l’heure (16h30) mais une fois à Mississauga on bloque littéralement pendant un bon 45 minutes pour faire à peine 10 km.  Fallait s’y attendre.  Comme il est assez tard, qu’il fait noir comme chez l’diable et que la pluie ne cesse, on s’arrête au McDo d’un Service Center pour souper, après quoi on file au Flying J de London pour la nuit.  Il est 19h30 à notre arrivée et il ne reste qu’une place de libre car un gros Classe A Beaver a pris 1 ½ place en ouvrant ses 4 extensions et son voisin a fait la même chose avec son FifthWheel et ses 2 extensions ouvertes.  Après on se demande pourquoi on nous refuse l’entrée de ces grands centres.   Mais on a une place et c’est ce qui compte pour l'instant.  Après avoir roulé 846km, on se couche à 20h30 en prenant soin de bien s’habiller et de bien se couvrir d’une tonne de couvertures car il fait moins 1 Celcius.

 

 

Jour 2 - 1 décembre 2010

Debout à 6h00, départ à 7h00 après avoir déjeuner et fait le plein de diesel.  Nous sommes dans le brouillard et le temps est encore nuageux et incertain.  On réussi à passer aux douanes ontarienne de Sarnia à 8h30, petite fouille inutile de 10 minutes, et on reprend la route sur la 69 qui nous amène dans un brouillard de neige.  Plus on descend au sud et plus il neige et plus il fait froid.  On a l’impression de filer vers le nord plutôt que vers le sud et on a un vent de face.  Ça va coûter plus cher de fuel aujourd'hui - loll.

On prend une vingtaine de minutes pour dîner dans un rest area passé Lansing (Michigan) et on arrive au Flying J d’Indianapolis (Indiana) aux alentours de 16h30.  Petit souper dans le VR et il n’est pas tard qu’on prend le bord du lit car les 745km ont été difficiles à faire avec ces brouillards de neige et ces grands vents.  Même manège que le veille et même qu’on se met des pelures de plus car on nous annonce un 22 degrés F. (moins 7, moins 8 Celcius).  Il faut comprendre qu’on chauffe, je devrais dire surchauffe le soir et que l’on éteint le chauffage pour la nuit.  Donc, sur les p’tites heures du matin, ce n’est vraiment pas chaud pour la pompe à eau, car la température est exactement la même en dedans qu’en dehors, vent exclu mais humidité incluse !

 

 

Jour 3 - 2 décembre 2010

Debout à 6h15, départ à 7h30 après avoir déjeuner et fait le plein de diesel.  Encore nuageux en partant d’Indianapolis mais une fois à Terre Haute (Indiana) sur la 70 un petit soleil faiblard nous accompagne jusqu’à Effingham (Illinois) où le brouillard de neige nous revient en force.  Une fois à St-Louis (Missouri), on prend la 44 et le soleil fait sa place pour notre plus grand bonheur. 

On arrive au Welcome Center Route 66 juste avant Marshfield (environ 15km au nord de Springfield/Missouri) vers 17h00 bien heureux de pouvoir relaxer un peu avant le souper, après notre 702km. 

On nous annonce encore une nuit de 20-22 degrés F.    On sort nos « pelmans » et on ajoute une couche de plus en couverture.  Je me croirais dans le temps des colons du siècle dernier avec la demi-douzaine de couvertures… et c’est pesant – lolll.  Mais je dois être faite pour le pôle nord car je dors comme un loir et je n’ai pas froid du tout.  J’suis bien habillée, j’ai mis un kangourou avec le capuchon et ceci me garde la tête au chaud et je ne souffre nullement du froid.  Auparavant, nous avions un excellent sleeping bag double qui malheureusement a passé au feu.  Il m'en reste un mais mon sac de couchage est de moins bonne qualité... alors on met des "épaisseurs". lolll

 

 

 

Jour 4 - 3 décembre 2010

On avait prévu depuis hier de prendre ça plus relax puisque le temps nous est favorable.  Alors debout à 7h00 on ne part qu’à 8h30 (heure centrale) sous un beau soleil.  Il fait cependant froid, 29 degrés, mais on nous annonce un 54 pour cet après-midi... toujours en Fahrenheit (faites le calcul - loll).  Alors on en profite pour aller faire des achats. 

On arrive au Flying J de Joplin (Missouri) à 15h00 où on prend notre temps pour ranger nos achats.  André s’amuse avec son nouveau MP3 (que nous nous baptisons à tord IPod -merci Éric) et moi j’en profite pour faire mes comptes et relaxer avec un petit vino avant de souper tout en écrivant mon compte-rendu.  Ce fut une belle journée détendue où on a fait plein de petites tâches ici et là sans stress et sous une température relativement clémente.  172 km seulement mais on va devoir encore se couvrir convenablement car on nous annonce du temps froid pour cette nuit encore (20 degrés F.) et aussi pour les prochains 2-3 jours.  Coudon… on n’est pas venu dans l’sud pour geler… mais en regardant les nouvelles ce soir à la télé, on a vu que New York y a goûté et pas à peu près.  Alors on va se contenter de geler puisque nous n’avons pas de neige.

 

Jour 5 - 4 décembre 2010

Nous sommes réveillés à 4h30 par un twit ti-coune qui s’est placé entre 2 VR sur ce Flying J de Joplin.  C’est un gros camion « cube » réfrigéré qui laisse son système réfrigérant fonctionner et qui nous réveille dret là !  André se lève pour allumer le chauffage mais impossible de se rendormir avec ce vrombissement qui résonne en écho car placé entre 2 VR.  Ces maudits là… aucun respect… c’est pourtant bien inscrit « places pour VR » en gros caractères jaunes sur la chaussée mais les camions s’y stationnent quand même au lieu de prendre l’arrière du Flying J qui leur est réservé.  Donc on se lève, on prend un bon déjeuner, œufs et bacon, et on décide de partir.  On prévoyait faire des commissions encore, en prenant ça relax, mais au premier Wal Mart on sort du camion pour se rendre compte qu’on gèle littéralement.  On a un beau soleil mais il fait un vent froid  à écorner les bœufs et le mercure descend dangereusement.  De commun accord, on décide de filer dret au sud !!!    On bifurque sur la 69 vers Pryor en Oklahoma (là où on avait dû changer notre transmission il y a 2 ou 3 ans).  On traverse Dallas (Texas) à 14h30 sans encombre si ce n’est qu’un petit ralentissement à cause d’un accident de l’autre côté sur la 75, mais, comme au Québec, les gens ralentissent quand même, même si ce n’est pas de leur côté.  Je déteste traverser Dallas, mais on a fait ça comme des grands… on a pris la bonne sortie pour la 635 et on file jusqu’au Flying J de la 20 juste après Dallas, sortie 472, et il fait nettement plus chaud.  Notre décision fut donc la bonne.  Mais en écoutant les nouvelles on comprend qu’on nous annonce encore une nuit froide à 28-29 F.  On pourra sûrement survivre une nuit de plus mais maudit que c’est décourageant de geler ainsi en étant si bas.  Pour nous consoler un peu, on annonce 56-59 durant la journée de demain.  On prévoit faire une petite journée comparativement à 596km aujourd’hui.

 

Jour 6 - 5 décembre 2010

On fait la grasse matinée, eh oui encore - lolll - et on ne part qu’à 9h30 seulement.  Les Flying J ne sont pas de tout repos mais ça ne coûte pas cher – lolll - mais surtout on n'a pas à sortir loin de la route pour trouver un camping.  On s’arrête aux Outlets de Hillsboro (Texas) sur la 35 où on achète 2 chandails pour moi, une paire de jean et des sous-vêtements pour André pour la modique somme totale de $46,27.  Ça nous réconcilie le porte-feuille – lolll. 

Après 240 km seulement, on arrive au Rest Area de Salado.  On prévoit demeurer ici 2 soirs car demain, à moins de 30 km il y a d’autres Outlets à Round Rock, beaucoup mieux que ceux d’Hillsboro d’ailleurs.  Alors on ira faire ceux là, qui sont immenses et on reviendra coucher au Rest Area car on prend le camion seulement.  On reprendra la route le surlendemain.  C’est donc à suivre…

 

Jour 7 - 6 décembre 2010

Comme prévu, on décide d’aller fouiner aux Outlets de Round Rock.  Je n’aime pas précisément magasiner mais c’est un endroit où l’on peut trouver de bons prix pour les vêtements surtout et les souliers.  J’ai besoin justement de bons souliers de marche que j’ai trouvé chez Clark pour la modique somme de $60 au lieu d’une centaine de dollars au Québec.  Je me suis également trouvé un pantalon que j’aime bien porter puisque j’en ai déjà 3 paires de cette marque là.  J’ai déjà un beige, un noir et un prune.  Je m’en suis trouvé un vert qui va aller très bien avec le p’tit chandail acheté hier. C’est mon homme le magasineux… il s’est trouvé un pantalon lui aussi et un chandail manche longue + une paire de pantoufles. 

En faisant un petit détour par le Wal Mart j’ai trouvé un blender (le mien, mon mélangeur, est mourant) pour la modique somme de $24.99 sauf qu’une fois à la caisse il a été scanné à $29.99 son prix régulier. Je dois donc faire la queue au Customers Services pour faire ajuster ma facture.  Je me cherche également une bouilloire électrique en stainless et un set de 3 unités Téléphone Panasonic.  En espérant que d’autres spéciaux arriveront d’ici Noël.  On était aux Outlets pour 9h00 et on revient épuisés au boutte à 16h00.  Heureusement que j'ai prévu le coup et je n’ai que le pâté chinois à mettre au fourneau.  On couche, comme prévu, à notre Rest Area et demain on va se rendre à environ 40-50 miles d’ici dans un autre Rest Area pas loin d’un autre Outlet à San Marco. 

C’est super au Texas, les Rest Area sont tous pourvus d’internet et ce soir, contrairement à hier, on est stationné assez prêt de la bâtisse pour avoir internet dans la roulotte.  Hier, j’ai dû me déplacer à l’intérieur pour écrire à la famille et les amis.  Il a fait un temps superbe aujourd’hui, peu de vent mais ça reste un peu frais mais tout de même confortable en autant qu’on porte un gilet.  On nous annonce moins froid également pour cette nuit.

 

Jour 8 - 7 décembre 2010

Mon homme me réveille à 6h30 me croyant déjà réveillée. On a très bien dormi car André avait placé la roulotte en sens inverse des camions dans le stationnement du Rest Area. Ce qui fait que les cabs (cabines) étaient en arrière de la roulotte et on dort en avant. Donc, ça a minimisé le bruit des moteurs.  Mais à notre grande surprise, quand on met le nez dehors, il y a tellement de camions dans le Rest Area qu’ils ont littéralement bloqué toute l’entrée et ont pris toutes les places disponibles. Il doit bien y avoir une cinquante de 53 pieds et je n’exagère pas !   On ne peut pas sortir du stationnement même si on le voudrait car il y en a un devant notre camion (puisque nous sommes en sens inverse des autres) qui bloque l’allée et impossible de reculer « en avant » car d’autres se sont installés dans la sortie. Pas bien grave, on n’est pas pressé.

On prend donc le temps de se laver, de déjeuner et de faire la vaisselle. Après je tente d’écrire mais ce matin à 7h30 l’internet ne fonctionne pas. Ou il n’est pas ouvert ou ce sont les camions qui font obstruction. On réussi à partir à 8h00 et on a environ 1h30 de route à faire pour nous rendre à San Marco (toujours sur la 35 au Texas) pour les autres et derniers Outlets. Mais Prime Outlets est immense et s’étale sur plus d’un kilomètre de long et se subdivise en plusieurs îlots pour un total de 140 commerces. On ne fait que les principaux pour lesquels André a des choses à s’acheter. On termine nos achats pour dîner, on mange dans le VR sur place et on reprend la route direction San Antonio via la 35/410 et après sur la 37 pour le Rest Area de Whitsett/Peggy (juste après l’exit 83) car nous pouvons avoir l’internet. On arrive là et c’est pour l’instant bien tranquille, un seul camion qui repart 10 minutes plus tard. Il est 16h00 quand on s’installe. On pourra relaxer, prendre une p’tite bière ou un vino, souper et jouer à Chromino (c’est comme des Dominos mais au lieu d’avoir des points noirs dans 2 cases blanches, ce sont des couleurs, 5 en tout. Il y en a 3 sur chaque petit rectangle, soit des couleurs différentes ou semblables. On doit jumeler 2 couleurs identiques à ceux qui sont déjà sur la table).  Jeu simple, qui ne demande pas trop de stratégie mais de l’observation seulement. On a l’habitude de jouer 3 parties avant le dodo. Parfois on pimente le jeu, celui qui perd fait la vaisselle.  Ce soir c'est mon tour de vaisselle...  Ah zut de zut !!!

 

Jour 9 - 8 décembre 2010

Ouais... la nuit fut difficile au Rest Area de Peggy… les camions sont arrivés tard.  Il y en a même un qui, à son tour, s’est installé en sens inverse, ce qui fait que cette fois, son cab était directement à ma fenêtre de chambre et il a laissé le moteur ronronner toute la nuit.  Mais c’est notre dernière nuit… d’ici le dîner, nous serons arrivés au Padre Island National Seashore au Texas.

C’est un parc d’état.  La vidange et le plein d’eau se font en entrant mais sur le site même on boondock (encore - loll - boondock veut dire camping sans service).  Je ne déteste pas l’endroit, on est sur le bord de la mer, c’est très calme et les toilettes sont super propres.  Les douches aussi, toutes en belles tuiles de céramique, mais oh malheur pas d’eau chaude… seulement de l’eau chauffée par le "soleil" par des tuyaux sous terre, à ce qu'on m'a dit. 

Après presque une heure, André réussi à partir l’eau chaude dans la roulotte et je peux enfin prendre une vraie douche.  C’est petit, on doit faire vite mais au moins on peut se doucher !   Il en fait de même et on retourne en avant – on n’avait pas dépinner – pour vidanger à nouveau et refaire le plein d’eau pour la semaine.  On dîne tard mais on relaxe pour le reste de la journée. 

 

Jour 10 - 9 décembre 2010

Une bonne nuit de sommeil, pour moi en tout cas, le mari ayant eu quelques éveils qui lui ont brisé son rythme de sommeil.  C’était probablement trop calme – lolll.

André décide de mieux isoler la roulotte au niveau de l’extension et du coffre avant qui en fait se trouve sous notre tête de lit.  On part donc faire des commissions et j’ai également une petite épicerie à faire.  Au retour avec nos 2 feuilles d’isolant bleu, on dîne et on commence à défaire le dessous pour voir de quoi il retourne et on commence les travaux qui se poursuivent jusqu’au souper.  On est cependant bien satisfait du travail accompli en espérant que ça aura une bonne influence sur la température de la pièce, ou à tout le moins, pour le lit.  Présentement on ne peut pas le savoir car la température est bonne avec un bon gros vent sud-est qui nous réchauffe.  Souper, jasette, Chromino, lecture, télé et dodo.

 

Jour 11 - 10 décembre 2010

On remet ça… on vide tout le coffre avant qui traverse bord en bord de la roulotte.  On insère une feuille « au plafond » et l’autre sur le côté intérieur qui se trouve être sous notre lit.  Bon…  1 ligne ½ pour décrire ce qui nous a pris tout l’avant-midi à faire mais on est bien satisfait du produit fini.  Il va nous rester à voir si ça a amélioré quelque chose et on ne tardera pas à le savoir car dimanche on nous annonce une vague de froid de 2-3 jours. 

Relax en après-midi.  André fait sa tournée camion/roulotte et ajuste quelques affaires ici et là.  Quant à moi, je m’installe sur ma belle chaise neuve qu’on s’est acheté chez Camping World (avec la p’tite tablette sur le côté) et je commence un des nombreux livres que je me suis apportés.  Je lis jusqu’au souper où je mijote un hamburger steak mais au lieu de le faire avec sauce brune, on le fait dans des tomates ie ½ boîte de tomates étuvées Accent de Aylmer où je varie les sortes.  Hier c’était poivrons verts, céleri et oignons (l’original en fait) et j’ai ajouté des oignons supplémentaires.  Avec un bon petit verre de vin, c’était excellent.  J’ai donné congé de vaisselle à mon vieux, je la ferai demain, et on relaxe devant les nouvelles, en espagnol svp, et nos 3 petites parties de Chromino et un beau dodo.  J'ai donc un lavage de vaisselle en réserve, qu'André devra faire éventuellement - lolll.

 

Jour 12 - 11 décembre 2010

Très bonne nuit…  Superbe soleil, un beau 80 degrés avec toujours notre bon vent du sud-est.  André prend congé pour aller marcher le long de la mer et tester les fonctions apprises dernièrement sur sa super caméra.  Je dis caméra mais en fait c'est un nouvel objectif qu'il s'est acheté mais il doit apprendre aussi à mieux faire fonctionner sa caméra en prévision du long voyage que l'on veut faire.  Moi aussi d'ailleurs !!!

Je reste à la roulotte et j’en profite pour un mosus de bon ménage à l’intérieur à défaut de pouvoir laver l’extérieur.  Par contre, je fais les vitres, question de faire entrer ce beau soleil.  Une fois ce bon gros ménage fait, le rangement mieux ordonné, le frigo lavé, le plancher moppé, je m’attelle à mon moi-même pour un autre grand ménage de la tête aux pieds :  lavage de tête avec le shampoing bleu qui doit demeurer 10-15 minutes sur la tête (ce que je n’ai pas souvent le temps de faire sur la route), le rasage, mes ongles qui sont tous cassés, etc… et la p’tite crème protectrice dans la figure car hier j’ai lu dehors et j’ai un petit coup de soleil.  Je termine juste à temps pour dîner lorsque je vois mon homme revenir de sa trotte.  Un bon gros hamburger de poulet et nous voilà prêts à relaxer.

André regarde ses photos prises ce matin, les commente et les trie.  Comme il a un nouveau logiciel de traitement de photos (Lightroom) ça lui prend une bonne dose de patience pour les sélectionner, en garder quelques-unes et jeter les moins bonnes.  On n’apprend pas un logiciel de cette envergure comme on apprend à faire une soupe – lolll.  Moi j’en profite pour lire…  j’avais commencé Fleurs Captives de Virginia C. Andrews pour me rendre compte que je me rappele certaines passages.  J’ai donc déjà lu ce bouquin que j’ai acheté à la vente de ma bibliothèque municipale pour la somme dérisoire de 25 sous.  Eh que l’on peut trouver un avantage à notre perte de mémoire…  comme je ne me souviens pas de la conclusion du livre ni de tous ses aboutissements de ces enfants séquestrés…je termine sa lecture finalement.  Mais… il y a une suite à ce bouquin Pétales dans le vent.  Reste à savoir si j’ai ce livre chez moi dans mes 500 quelques bouqins qui dorment dans mon sous-sol où si je devrai me l’acheter si je veux connaître ce qu’il est advenu de ces enfants devenus adultes. Demain, je m’en sortirai un autre mais comme j’aime les thrillers policiers, il y a de grandes chances que je retombe sur un autre que j’ai déjà lu – lolll – car j’ai acheté 3 ou 4 Agata Christie à cette même vente, toujours pour le même prix unitaire.  Bah… pas plus grave que de regarder un film pour la deuxième fois !

 

Jour 13 - 12 décembre 2010

Oh que la nuit fut difficile…  Le vent a tourné de bord et c’est le moins qu’on puisse dire…  Un bon vent d’environ 45km/heure, venant du nord en plus, nous a secoué la baraque.  La façon que nous sommes stationnés, il venait choir côté extension, ce qui fait qu’on l’a fermée pour plus de confort mais ça n’a pas réduit le secouage et le bruit pour autant.   Pour nous consoler, à notre réveil, très tôt ce matin, nous avons eu droit à un beau lever de soleil.

Ce soleil devrait tout de même nous donner un maigre 60 (sans compter le vent), à ce qu’ils ont dit à la télé hier soir ce qui devrait en principe réchauffer tout de même la roulotte car le côté cuisine est au soleil.  J’ai donc gardé mes stores fermés côté nord et j'ai ouvert tout grand de l’autre côté.  

André retourne tester sa caméra car il n’a pas eu le succès escompté hier et moi j’en profite pour débuter mes Agata Christie :   dans mon premier volume j’ai Le Chat et les Pigeons que je n’ai pas lu et Le Crime de l’Orient Express qu’il me semble avoir vu en film à la télé où que j’ai déjà lu il y a bien des lunes mais que je relirai avec plaisir.  En passant, j’ai vérifié ma liste de livre (mais qui ne date pas d’hier) et je n’ai pas les 2 titres de Virginia C. Andrews.  Donc, c’est un livre emprunté ou ma liste n’est pas à jour.  Un petit boulot supp. pour quand je reviendrai au bercail ?   

 

Je fais également mes comptes et je regarde où on pourrait aller camper une fois nos 2 semaines faites ici car on ne peut pas rester plus de 14 jours dans ce parc sans sortir pour 48 heures.  Alors quant à sortir, aussi bien descendre plus bas.  Je ne déteste pas l’endroit mais 2 semaines c’est mon max car il n’y a rien à faire ici que de marcher le long de la mer où sur un chemin d’asphalte menant au bout ou à l’entrée du parc.  Comme je l’ai fait de long en large les 2 années antérieure, disons que ce n’est pas une activité qui m’enchante plus qu’il ne faut.  Quant à marcher le long de la mer ou d’aller aux tables de pique-nique sur la grève, disons que le vent refroidit mes ardeurs et c’est l’cas d’le dire !

 

Jour 14 - 13 décembre 2010

On décide qu’aujourd’hui serait Jour de lavage…  on doit aller « en ville » pour la laundrymat.  Du terrain de camping à l'entrée du parc, il y a environ 10 à 12 miles et on doit en faire presque autant pour se rendre à la bâtisse en question.  Quant à sortir avec le camion, on en profite pour aller faire d’autres petites commissions au H.E.B. (épicerie à grande surface) 

Mais il faut que je vous en raconte une bonne…  question de rire un peu (beaucoup peut-être) de mon vieux.  Hier soir, il a transféré ses photos dans son ordi pour les apprécier et en faire le tri, car il ne garde que les réussies bien évidemment.  Donc, il enlève sa carte mémoire de sa caméra pour la mettre dans son ordi.  D’une chose à l’autre, la soirée passe…  lui est toujours sur son ordi à évaluer son travail et moi je regarde une publicité où l’on présente un concert de Noël ayant pour but de vendre le CD et le DVD.  C’est tout de même bien car c’est Andrea Bocelli et à tour de rôle, il y a des invités américains dont Nathalie Cole.  Tout en écoutant et regardant ce concert, je continue à lire mes Agata Christie.  Vaisselle, Chromino et Dodo. 

Bon je m'égare... donc, je continue ma p’tite histoire...  Hier, mon homme avait tout préparé:  son trépied et sa caméra pour prendre à nouveau le lever de soleil.  Il sort et s’installe debout sur la table à pique-nique pour entrer quelques 3-4 minutes plus tard pour me dire que sa caméra ne fonctionne pas.  Il regarde sa batterie = ok.  Il regarde dans l'interstice de sa carte mémoire pour me dire qu’il l’a remise à la mauvaise place, dans la mauvaise fente et qu’il ne réussit pas à la sortir.  Je lui sors une pince à sourcil mais il ne veut pas la forcer pour ne pas briser la carte dans son emplacement.   Bon… tout débiné il dit qu’on doit trouver une place de caméra en ville quand on ira faire le lavage pour tenter de résoudre ce problème. 

Entretemps, je fais le déjeuner et lui se morfond en pensant aux $$$ qu’il va lui en coûter pour faire réparer une connerie pareille, surtout ici aux USA et à Corpus Cristie par surcroît.  Il est dans tous ses états et marche dans notre espace restreint comme un lion en cage tout en s’invectivant lui-même d’avoir été si étourdi.  Et là, entre deux bouchées de sa toast…  oh eureka… il reprend pour une xième fois sa caméra pour se rendre compte que la carte mémoire n’est pas à la mauvaise place mais qu’elle n’y est pas du tout.  Mais où est-elle passée ???  Autre mystère… on la découvre finalement sur la tablette là où le poste de télé portatif s’installe.   Il en fut quitte pour une mosus de belle peur !  et moi de rire un peu (beaucoup) de sa légendaire distraction.

Bon… nous voilà en route pour le lavage, mais avant, on va dans un stationnement public attenant à un hôtel pour y faire notre internet (dans le camion, ordi sur les genoux) et également au retour du lavage et des commissions.  Nous revenons à la roulotte passablement tard pour dîner.  Relax en après-midi où chacun lisons de notre bord.  Un petit vino en attendant qu’une lasagne se réchauffe au fourneau.

La vie ici est décompressante et relaxante mais comme j’ai déjà dit… pas trop longtemps.  Hier j’ai rencontré une autre campeuse, dont je me souvenais d’avoir vue il y a 2 ans je crois.  C’est elle qui avait fait un pot-luck avant Noël et nous avait invités.  Alors je lui demande ce qu’elle fera pour les 48 heures où l’on doit sortir du camping car cette nouvelle règle est suivie à la lettre maintenant, pas comme avant où le laxisme du Host permettait de poursuivre notre camping si le camping n’était pas complet, ce que je trouvais beaucoup plus sensé.  Bon, quoiqu’il en soit, il faut sortir.  Elle me parle alors de Port Aransas à 30 miles au nord d’ici.  Je voulais descendre mais comme elle vante la place comme étant « merveilleuse » où les bateaux arrivent, beaucoup d’oiseaux sur les rochers et même parfois des dolphins, comme elle dit… ben on a choisi notre place pour y passer nos 2-3 jours réglementaires.  Sauf qu’en partant d’ici le 22 décembre, date où se terminent nos 14 jours, on devrait passer les 22-23 et 24 décembre à Port Aransas et revenir ici le jour de Noël.  Si je me fis à il y a 2 ans (j’ai relu mes notes) c’était full ici le jour de Noël.  Beau dilemme !  

En passant, le vent du nord étant tombé, la température s’est réchauffée et le vent a changé de direction pendant la nuit, venant de l’est maintenant.  Nous avons des journées pas mal bien d’autant plus que le soleil nous fait l’honneur d’être omniprésent durant toute la journée.  A+ pour la suite… pas fini… j’suis en voyage jusqu’à la mi-avril – lolll.  Mais possiblement que je ne relaterai pas tous les jours ainsi une fois en caravane, ni durant notre voyage en solitaire… on verra…

Alors si vous voulez connaître la suite, vous savez maintenant qu'il faut cliquer sur la petite pancarte...

OU 

ou page 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | pour ceux qui veulent revenir sur des passages !