Page 8

Pour se rendre à Zapote de Tizupan, on a 225km à faire mais le parcours sera long car la route est très sinueuse.  Beaucoup de courbes en épingles, des côtes et le chemin est étroit au point tel que les gros VR se font "gratouiller" par les branches côté passager.  Certains auront certainement des égratignues à soigner malgré les avertissements de rouler plus à gauche quand la circulation le permet.  D'ailleurs, le serre-file que nous sommes, ont averti toujours les gens des gros véhicules venant en sens inverse (sécurité !).  C'est normal d'avoir une telle route quand on longe la côte du littoral du Pacifique.  Mais mosus que c'est beau de voir apparaître baie par dessus baie dans une courbe à flanc de montagne !  On arrive en fin de journée, fatigués, quelque peu stressés pour certains, surtout les femmes.  L'arrêt-camping est rudimentaire certes, mais donne sur une plage magnifique où tout le monde pourra relaxer à souhait.  D'ailleurs un repas sous la palapa est offert par l'organisation.  Alors, les dames n'auront pas à se mettre au poêle.  Super !

On y restera qu'une nuit, c'est un arrêt incontournable car si non la route serait trop longue jusqu'à Boca de Iguanas.

Le lendemain, on reprend donc la route, la même qui se continue en fait, et ce, pour un autre 300km à faire à travers la chaîne côtière nous promenant de baies en baies sur une route tortueuse et étriquée comme rarement vue pour la plupart d’entre nous, nous révélant par contre à l’entrée d’une courbe des panoramas à vous couper le souffle et mettant à dure épreuve l’attention soutenue que doit avoir le conducteur.

Après 8h30 de route, épuisés mais de très bonne humeur, nous arrivons enfin à Boca de Iguanas sans avarie majeure.  En novembre ce trajet s'est fait sous la pluie tandis qu'en janvier nous avions un beau soleil.  Pas facile la vie des voyageurs - lolll  !!!!!

Tout l'monde va pouvoir relaxer à souhait et recharger ses batteries car le lendemain est une journée libre si ce n'est que le soir, un souper au hot-dog mexicains est prévu.  Encore une fois, les dames se feront servir, ce qui aura l'avantage de les reposer un peu.  En novembre, nous étions un petit groupe, comme je l'ai déjà mentionné mais en plus le terrain de camping était pratiquement désert ce qui fait qu'après le souper, on s'est permis un feu de camp des plus réussis avec des branches de palmier - lolll.  En janvier, le groupe plus volumineux et le terrain à pleine capacité (il y avait 2 caravanes sur place en même temps et même plus car il y avait une fête mexicaine), on n'a pas pu le faire.  Pas bien grave, on a eu du plaisir quand même.

Le lendemain, on est mardi, une randonnée en co-voiturage à la Playa Tenacatita est prévue.  En novembre, toujours sous la pluie, la "visite" a été retardée et ce n'est qu'en après-midi qu'un couple nous a accompagné pour apprécier cette plage exceptionnelle.  Les autres ayant, dès le matin, trouvé une alternative d'activité en raison de la pluie. 

En janvier, il y avait un gros orage cette journée-là, ce qui fait qu'on n'a pas pu s'y rendre.  Très inhabituel de la pluie, et surtout des orages au Mexique durant l'hiver.  Mais ce soir là, le 2 février (je m'en souviens car c'était l'anniversaire de mon fils) il y a eu du gros tonnerre et des éclairs sur la baie de Boca de Iguanas.  Nous, qui étions stationné sur un site, dans un creux, en arrivant avons eu la présence d'esprit de changer de place après le souper aux hot-dogs.  Et heureusement car nous n'aurions pas été capable de sortir de notre emplacement en raison de l'accumulation d'eau qui s'y ai fait.  Nous avions changé pour un site plus plat mais sous les palmiers... eh jewish que ça faisait peur de voir ces beaux grands arbres se balancer d'un côté et de l'autre sous la force du vent.

Mercredi, dernière étape de route vers Puerto Vallarta:  200km approximativement.  La route est relativement belle sauf à l'approche de Puerto Vallarta où les pluies ont laissé des trous dans la chaussée.  Il faut faire du slalum autant en novembre qu'en janvier.  Qu'à cela ne tienne, on arrive !!!

En novembre, on laisse quelques voyageurs au premier terrain de camping prévu à PV, tandis que les dirigeants s'en vont à Buscerias essayé un autre terrain.  Un imbroglio fait en sorte que quelques couples ne désirent pas demeurer au El Tizate et ils continuent leur trajet jusqu'à Lo de Marcos.  Ce n'est pas majeur comme situation et on les reverra en cours d'hiver - ça nous fera une sortie de plus - lolll.  D'ailleurs pour 2 couples d'entre eux, ils reprendront la caravane de retour. 

Un petit mot sur le El Tizate:  beau petit camping de 22 places sur le bord de la mer.  C'est tranquille à souhait et nous sommes à 2km de Buscerias ce qui implique qu'on doit posséder une voiture.  Idéal pour les gens qui recherchent la quiétude et qui veulent se retrouver "sur" la mer.  Il y a un beau gros palapa pour lire ou faire de l'ordi si vous avez une bonne antenne wi-fi.  Vous pouvez faire la farniente ou tout simplement admirer la mer. Quelques marches vous donnent accès à la rive.

En janvier, nous les serre-files, on laisse notre groupe au "gros" terrain de camping de PV car c'est nous cette fois qui "se séparons" du groupe allant à notre camping préféré tout près de la ville.  Le seul hic... c'est qu'il pleut à boire debout !!!  Les premiers se stationnent "dans la boue" au point tel qu'il porteront fièrement leur surnom "les jarrets noirs" mais tout l'monde est à la fête et cet inconvénient ne rebute personne.  Certains ont même retrouver leur coeur d'enfant à "jouer dans la boue".  Que voulez-vous... ça fait partie de la game !  Quant à nous, on s'installera, nous aussi sous une pluie torrentielle, pour 6 semaines avant de reprendre la route.

Ces caravanes se terminent toujours par une visite en autobus nolisé de Puerto Vallarta et de ses environs et un dernier repas-dîner de groupe en ville.  Par la suite, les caravanes sont démentelées....

Comme vous le savez maintenant, on a fait 2 caravanes.  La première en novembre, nous donne un beau trois semaines de répit tandis que celle de janvier nous en donne six.  Par contre, durant ces "vacances" de six semaines, il y a beaucoup à faire... 

...plusieurs réunions de debreifing pour les caravanes et cette année, malheureusement, nous avons des réparations à faire sur notre auvent qu'on a accroché à un poteau électrique de ciment en partant de Puebla (back swing).

Mais surtout on a de très belles activités avec l'un ou l'autre des groupes... et quand on mange en groupe, c'est tout un groupe - lolll
brunch du dimanche matin sur le camping

En plus des rencontres à l'un ou l'autre des campings, il y a aussi les repas organisés dans les restaurants de Puerto Vallarta, les visites à faire à l'un ou l'autre des caravaniers de l'année et même d'anciens, visites aussi de d'autres villages, de d'autres lieux et des petites journées à la plage question d'essayer de se reposer entre toutes ces sorties- lolll

Bon...  Puerto Vallarta, je vous en ai parlé souvent dans mes anciens carnets de voyages car c'est toujours là que nous aboutissons en fin ce caravane.  Je ne répéterai pas ce qui a déjà été dit sur cette ville mais je vous réserve tout de même une petites surprises.  Alors si vous êtes curieux(es)... vous savez quoi faire...

OU 

ou page 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | pour ceux qui veulent revenir sur des passages !