Le Grand Tour

(18 novembre 2007 - avorté le 7 décembre 2007)

 

Gros gros préparatifs car pour une première fois nous partons avant les Fêtes et ce voyage sera long, on prévoit 5 mois. Notre grande fille demeurant maintenant à Whitehorse, il nous reste que le fiston et sa famille. Nous fêtons donc d'abord mes 60 ans à la fin octobre plutôt qu'à ma date anniversaire fin novembre. Ce fut un surprise party organisé par mes enfants et ma bru. Même que ma grande est descendue de son Nord pour y assister. Par conséquent, avant qu'elle ne reparte, on se fait un party de Noël en novembre.

Par conséquent, le 18 novembre, on prendra la route. Notre itinéraire est de descendre tous les États-Unis en s'arrêtant pour acheter une génératrice et peut-être une caméra numérique pour André et nous prévoyons passer une semaine à Padre Island au Texas, question de tester la génératrice avant de traverser au Mexique. Ainsi, s'il y a problème, on pourra retourner voir le commerçant.

Si vous regardez bien la carte de gauche, On prévoit entrer par Bâton Rouge en Louisiane, passer par Browsville au Texas et traverser le Mexique à Matamoros. Ensuite on ira faire un saut à Ciudad Victoria pour longer les côtes d'est en ouest. Ainsi on ferait Veracruz, VillaHermosa, Mérida, Cancun, Chetumal où l'on prévoit "piquer" à l'intérieur par Palenque pour aller visiter San Cristobal au Chiapas malgré les problèmes avec les zapatistes (on prévoit le faire en autobus nolisé). Ensuite on se dirigera vers Acapulco et on s'arrêtera à Puerto Vallarta pour 2 semaines. Notre périple en solo s'arrêtera là car on nous a demandé de faire la caravane de retour de 2 semaines vers Nogales. (lire Mexique, l'apprentissage) Enfin, on va pouvoir se réessayer de voir le Copper Canyon, notre troisième tentative ! YOUPPI

Donc, départ le 18 novembre de St-Damien où l'on roule jusqu'en Pennsylvanie. La température est exécrable, roulant dans des brouillards de neige et même que le 19 on a le camion enneigé quelque peu et les flaques d'eau dans le stationnement du truck stop (un T.A.) étaient en glace. J'peux-tu vous dire qu'il ne fait pas chaud dans la cabane ! On devait coucher dans un State Park ce premier soir du 18/19 mais il n'y avait pas âme qui vive et on n'a pas pris de chance. C'était dans un petit bled perdu, en plein bois et sans " headquarters " à l'entrée. Nous nous sommes rabattus sur le Wal-Mart de la ville mais c'était défendu d'y dormir car le WM fermait à 22h. Fatigués, dans le noir et sous une " averse " de neige poussée par le vent, on s'est résignés à dormir au T.A. en question.

Le 19 au matin, on rebrousse chemin car André voulait aller voir une chaîne de magasin (Ritz) pour l'achat d'une caméra. Notre T.A. était à la sortie 7 et on est remonté à la sortie 22. Mais on a trouvé ce que l'on cherchait. Une très belle Nikon D80 numérique dont nos vieilles lentilles pourront s'adapter. Après ce fut le tour de l'achat de la génératrice. Grosse Journée de dépenses mais oh combien utiles !!

Et on reprend la route…

Le 21, un petit bruit fatiguant se fait entendre… c'est une pièce du muffler près du " manifold ". On cherche un GM dans la ville de Chattanooga mais GM envoie André chez Midas pour changer cette partie qui était toute rouillée. Comme ça a pris une grosse partie de notre journée, on n'a pas roulé bien gros. Par contre, c'est l'une de nos plus belles journées en terme de température. Beau soleil… on était bien dehors et on avait internet (très faible) dans le stationnement du GM mais fallait être dehors. Moi j'suis demeurée au stationnement du GM pendant qu'André se rendait chez le Midas en question. Ça permettait de ne pas laisser le VR seul car on était dans un coin assez "retranché" et qui nous laissait songeur quant à la sécurité des lieux.

On reprend la route et le 24, on s'arrête à nouveau dans un FlyingJ car la température est très mauvaise. " It's raining as cats & dogs " et André ne voit pas à plus de 100 pieds environ et qu'en plus, il y a danger d'aqua-planning tellement il y a de l'eau sur la route. Inutile de se donner de la misère et des troubles pour rien. On est à la retraite après tout et rien ne presse vraiment si ce n'est que d'être à la chaleur. On s'arrête donc à Bayton. On est bien, sauf qu'il fait encore froid… même ici. Par contre, avec la géné on parvient à se réchauffer... c'est extrêmement humide dans la cabane ! Je dois également soigner un petit mal de dos qui est revenu car une certaine autoroute cimentée avait de la " laveuse " et ces petits coups répétés ont fait réapparaître mon mal d'avant mon départ. Par contre, je peux dire que je dors en masse… on se couche après le souper et on, ben " je ", parviens à faire 8 à 10 heures de sommeil en ligne avec les " magiques " bouchons d'oreilles. C'est que c'est bruyant dans les trucks stops et qu'en plus on a la pluie qui tambourine sur le toit de caoutchouc.

Le 25, la température n'est guère mieux et mon dos empire. Je me déplace avec difficulté. On ne roule que 2-3 heures et on prend un State Park avec service à Edna, soit le Texana State Park où nous avions déjà séjourné. J'en profite pour soigner ce dos et on en même temps se réchauffer en masse. Enfin, on va pouvoir faire sortir toute cette humidité de la roulotte.

Le 26, enfin le soleil, et c'est encore une petite journée pour rejoindre notre première destination : Padre Island. Mais avant d'arriver, on s'arrête pour commander des pneus pour la roulotte (que nous aurons lundi en quittant Padre Island) et installer un pneu neuf de rechange pour le camion. À Padre Island, c'est un State Park sans service mais on a les toilettes et des douches à l'eau froide - lolll. On quitte les 40 pour avoir un 62 - que ça fait du bien. On est sur un chemin gravelé entre deux rangées de dunes sur le bord du Golf du Mexique. Ce n'est pas un " beau " camping en soit mais on est très bien et avec la génératrice, on ne manque de rien. Ce State Park possède 5 endroits de camping : le " nôtre " est le Malaquite Campground et ils l'appellent semi-primitif. Il en coûte $8 par nuitée. Les autres sont primitifs et c'est gratuit pour camper mais ce n'est pas tous les VR qui y ont accès. North Beach n'a aucun service même pas de toilette. Même chose pour le South Beach. Le Bird Island Basin ont des toilettes sèches et il en coûte $5 par jour. Il y en a un cinquième, le Yarborough Pass, qui lui est plus que primitif… il faut se rendre à 15.5 miles sur la lagune pour ensuite bifurqué dans une " passe " dans les dunes et faire un autre 2 miles. Seuls les véhicules 4 x 4 peuvent y aller. Tous sont ouverts à l'année par contre.

Le 27 novembre, même si c'est le jour " 60 " il n'est pas question de quitter notre petit havre de paix sauf pour aller faire le changement d'huile sur le camion très tôt en matinée. Au retour, on s'arrête au Laguna Shore Campground à Corpus Christie où un collègue du forum de caravaning est installé pour 1 mois. Il devait y passer 3 mois mais la place ne lui convient pas. On revient à notre petit coin qui m'est plus sympathique que son camping à lui... on relaxe pour le reste de la journée. On s'est acheté une bouteille de vin et André fera le souper, des pavés de saumon au beurre maître d'hôtel. Comment ne pas être heureux dans ces circonstances.

Le 28 novembre, levés encore très tôt - on a de la misère avec notre horaire, car on se réveille vers 5h30 et naturellement à 19h30- 20h00 le soir on est sur les rotules et couchés - on s'en va explorer l'île mais non sans voir un beau lever de soleil. On se promène sur la plage de la Laguna Madre avec le camion. Bien oui, la route 22 asphaltée s'arrête à environ 2 miles plus au sud de notre camping et on doit rouler directement à même la plage South Beach. On se croirait à Malibu, les filles en moins (pauvre André - lolll). Cette " route " a 60 miles de long… on se contente d'en faire 5 et on se promène une bonne heure à pied le long du rivage où André capture sur pellicule les oiseaux et moi je récolte des coquillages. Sur le pamphlet remis, on nous indiquait une trail à faire de ¾ de mile où l'on pourrait voir d'autres espèces d'oiseaux, des écureuils kangourou, des rattlesnake (serpents à sonnette) et d'autres animaux plus rares (coyotes, chevreuils, etc). De plus, le pamphlet indiquait qu'il nous serait possible d'observer plusieurs espèces de fleurs. On n'a rien vu de tout cela - lolll. Il est probablement trop tard dans la journée pour les animaux et nous ne sommes pas en saison pour les fleurs. Néanmoins, c'est une agréable marche et nous revenons au camping pour le dîner. Sur la route du retour, que voyons-nous sur la chaussée ??? Une pauvre petite tortue qui tentait de traverser le chemin. On s'arrête pour la sauver d'une mort affreuse et on en profite pour lui " tirer l' portrait ". En après-midi on tente de faire une petite sieste, question d'essayer de veiller plus tard pour " casser " notre tempo mais c'est peine perdue !

Enfin André est fort heureux de pouvoir se promener en bedaine tout en pataugeant dans l'eau. On passe la semaine dans ce petit camping, la mer est calme et la température de l'eau est acceptable mais on ne se baigne pas. On se contente de marcher au bord de la mer, seulement les pieds qui goûtent l'eau de mer. Ici tout est herbes et dunes de sable. André se pratique avec sa nouvelle caméra. Il est enchanté ! Comme il dit lui-même...aucunement comparable avec ma petite Canon .Un vrai petit bijou. Je suis devenu simplement un trépied. Le reste tout est automatique.

Savourez ces belles photos, ce sont les seules que vous aurez... et vous allez savoir bientôt le pourquoi... et l'histoire n'est pas banale !!!

Donc, on reste sur notre île jusqu'au lundi 3 décembre. C'est bien, mais ça reste une île, donc limité en activité. Je ne suis donc pas fâché de la quitter même si j'ai aimé.

Le 3, comme prévu on retourne au garage de Corpus Cristie pour faire installer les deux pneus sur la roulotte. Ça bien été pour l'installation, sauf que pour entrer sur le terrain du Good Year, il y a eu un petit problème. Le terrain de ce commerce est plus élevé que la route mais entre la route et ce commerce, il y a un cassis (brusque dénivellation concave et transversale, sur la chaussée. En fait, c'est le contraire d'un dos-d'âne) ce qui fait que l'arrière de la roulotte accroche la chaussée avec comme résultat que la barre des stabilisateurs se tord. Rien de bien grave pour nous empêcher de continuer mais c'est tout de même embêtant. Anyway… on poursuit notre route et on se retrouve à Brownsville, la petite ville juste avant de traverser la frontière mexicaine. Notre RV Park " Top-O-Trip " que nous prenons du temps à trouver en tournant en rond plusieurs fois, est fermé. On se rabat sur 2 autres dont l'un est vide et l'autre n'inspire pas très confiance mais il y a du monde, surtout des saisonniers. On cherche un peu et faute de ne rien trouver on revient à ce dernier et on (je devrais dire je) se résigne. L'office possède un grillage de fer et barré devant la porte d'entrée (ça r'garde mal) et on doit sonner. Ce que nous faisons. Une vieille dame vient nous répondre et nous parle au travers cette grille sans pour autant nous ouvrir. On explique que l'on veut 2 nuitées et elle se décide à nous ouvrir. Deux vieilles dames d'environ 70 ans nous reçoivent très amicalement. L'une d'elle déambule en marchette. Alors là, on comprend le pourquoi de la porte grillagée. On s'installe… c'est un très vieux camping qui est presque en décrépitude mais tous les services y sont et les proprios sont d'une gentillesse exemplaire et le service comme pas un. On décide d'aller prendre nos douches (ouais)… mais oh surprise… c'est effectivement très vieux comme installation mais la propreté est A1. Rien à y redire, bien au contraire. C'est super chaud dans la bâtisse, de l'eau chaude en masse et tout y est. C'est le bonheur complet… notre première " vraie " douche depuis notre départ. Ce que je veux dire… évidemment on s'est lavé dans la roulotte mais ça demeure une douche d'appoint, rien de comparable avec le jet d'eau d'une " vraie " douche. Un autre grand bonheur - lolll. C'est bien pour dire comment les petites gâteries de la vie quotidienne deviennent des fois des "cadeaux du ciel" - lolll.  Donc, un nom à retenir, même si ce n'est pas "le" camping du siècle:  StageCoach Motel & Trailer Park à Browsville, Texas.  C'est un endroit intéressant pour y passer quelques jours, le temps de traverser au Mexique.

Le mardi 4 décembre, on décide d'aller chercher nos papiers à la douane mexicaine. On traverse un long pont payant et on se retrouve chez les mexicains. La réceptionniste d'immigration a d'l'air bête mais pas à peu près. On sort notre anglais et un peu d'espagnol pour demander une " forma tourista ", elle fait celle qui ne comprend pas. Je sors ceux de l'année dernière pour lui montrer ce que je veux. Oh malheur !!! Selon elle, nous ne sommes pas " sortis du Mexique " et on ne rit pas avec l'immigration. J'explique en anglais que nous avons notre permis de roulotte pour 10 ans, que notre permis de camion a été annulé à Nogales quand on est sortis en avril dernier et que, ne parlant pas espagnol plus qu'il ne faut, on croyait être en règle. Bien non… nos papiers de permis pour personnes n'ont pas été annulés… ce qui fait que nous sommes encore au Mexique... légalement parlant. Et ces dits papiers sont bons jusqu'en février 2008 mais on doit sortir du Mexique que le 30 mars. Oh boy !!! Bon… on fait annuler ces derniers mais on ne peut pas en reprendre de nouveau avant 3 jours. Pas plus grave que ça en soit mais maudit que cette mexicaine est déplaisante et bête comme ses deux pieds que je n'ai même pas vus... sa face m'a amplement suffi. lolll Bon… on revient à notre " vieux " terrain de camping où nous sommes tout de même super bien et André en profite pour regarder de plus près les dégâts sur les stabilisateurs de la roulotte. On a passé notre journée du 4 décembre à se promener entre le Home Dépôt et la roulotte en plus d'essayer de voir si on ne peut pas se trouver des "scissors jack " portables au cas où. Oui, au cas où car André a réussi à réparer tant bien que mal les stabilisateurs qui sont fonctionnels maintenant.

Au retour de ce bureau d'immigration on s'arrête au Visitor's Bureau et la dame, fort gentille, a fait des démarches pour nous et effectivement, on doit retourner chercher nos papiers que vendredi mais à n'importe quel " pont " de traverse (il y en a 3) qu'elle nous a gentiment indiqué sur une carte. On n'est cependant nullement à plaindre… on est super bien sur ce petit terrain dont je craignais et je ne cesse de m'émerveiller de la " vieillesse " des lieux mais oh combien convivial et extrêmement propre. On est campé à côté des douches/toilettes et de la salle communautaire. Juste aller fouiner dans la salle est un vrai " délice ". Si je savais mieux apprécier les livres anglais, je découvrirais des trésors anciens. Ils ont encore le très ancien jeu de Bingo accroché au mur avec les vieilles cartes de pointages et les jetons de plastiques. Marcher dans cette salle me donne l'impression de revenir dans mon enfance !

Le 7, notre temps d'attente étant terminé, on va chercher nos papiers d'immigration avec le camion seulement. On retourne au même " pont " car on sait comment si rendre et on connait les lieux de stationnements et on se dit que l'employée avec une face de carême va peut-être être plus gentille si elle a eu le temps de prendre ses fibres - lolll. Il n'en n'est rien, malheureusement. Mais on sort avec nos papiers. On retourne au camping, on range la roulotte et on part. Enfin... le VOYAGE, le vrai, commence !!! Il fait un temps superbe, le soleil et la chaleur confortable sont au rendez-vous et il y a un bon petit vent. C'est merveilleux !

Mais nous n'étions pas au bout de nos peines... si vous voulez connaître la suite de notre aventure... comme d'habitude, cliquez sur la flèche

OU