L'apprentissage

(28 décembre 2006 au 8 avril 2007)

NOTE:
Ce récit est une version allégée et révisée de mon récit personnel. Il diffère légèrement de mon original car j'ai voulu protéger la vie privée des participants à la Caravane en taisant leurs noms. De plus, certaines coordonnées (noms de restos ou de campings) ne sont pas mentionnées dans le but de sauvegarder le caractère confidentiel du circuit commercial de la Caravane. D'ailleurs, ce récit ne se veut pas une publicité de ladite Caravane mais bien de raconter une expérience différente contrairement à notre habitude de voyager en solitaire. Toutefois, le caractère personnel de la narration est préservée car c'est un aspect fort important pour moi mais ce ne sont que mes impressions bien personnelles comme dans tous mes récits et n'engagent en rien le propriétaire-chef de la Caravane et son serre-file.

Fin novembre, nous étions tout fin prêts à partir pour le Texas, pour y passer 2-3 mois. Nous devions partir après les Fêtes, ou entre Noël et le Jour de l'An si les enfants ne pouvaient pas venir pour le 1er janvier ou après s'ils avaient le désir de demeurer à la maison toute la période des fêtes.

Et voilà-t-y pas qu'un courriel m'arrive un bon matin de décembre. On nous offre l'opportunité de combler une annulation dans une caravane. L'occasion est difficile à refuser mais faut faire vite car le départ pour le Mexique est pour le 6 janvier et aucune autre date. Il faut se rendre à Mission au Texas et on a invité les enfants pour Noël (à tout le moins) et on a des préparatifs à faire. Voyager en caravane exige un CB que nous n'avons pas, nous n'avions pas prévu d'assurances pour le Mexique puisque nous allions au Texas et faire les réservations au camping de Mission pour rejoindre le groupe.

Une fois tout ça fait et les enfants retournés dans leurs villes respectives, dès le 26 décembre, on a chargé la roulotte et rangé la maison les 27 et le 28 et à 15h30 le 28 on partait pour une Expérience de vie commune - lolll - nous qui sommes habitués à voyager seuls.

Le présent récit ne se fera pas tellement sur la visite des villes coloniales car nous allons entreprendre presque le même tracé que notre voyage d'il y a deux ans (que vous pouvez aller lire ICI). Non, ça sera plutôt le portrait de vivre deux mois (car 1 mois à PV après le démantèlement de la caravane) avec un groupe de 44 personnes. Le début va peut-être vous sembler un peu ennuyant par ma description, sans photo, mais comme je fais ces résumés également pour moi, j'aime bien y avoir mes références.

Mon homme prévoyait 3-4 jours pour se rendre à Mission, ce qui fait qu'en partant le 28 décembre pour arriver à Mission pour le 4 janvier ça nous laissait amplement le temps pour faire le trajet et se garder du temps au cas où... et heureusement car on s'est retrouvé avec le volet extérieur du frigo qui avait disparu, allez donc savoir comment... et le frigo ne fonctionnait plus. Faut pas oublier qu'on voyage en période des fêtes. Mais on a trouvé à le remplacer.

Alors je disais... on commence notre descente vers le sud... Ontario, Michigan, Ohio, Indiana, Illinois, Missouri, Oklahoma et le Texas et tout ça en boondocking c'est-à-dire en camping sec dans les Truck Stop style Flying J ou autre ou des Wal*Mart. En partant à 15h30 mon mari avait fait un petit somme après le dîner ce qui fait qu'il était en superbe forme et comme on voulait absolument descendre le plus possible pour une première nuit (pas oublié que nous sommes un 28 décembre) il a conduit 25 1/2 heures, soit 1782km pour le premier stretch !!! Après, il s'est calmé - lolll. Il faisait assez chaud malgré tout pour dormir dans la roulotte sans trop utiliser le système de chauffage au gaz (c'est que la soufflerie elle, elle fonctionne sur batterie et il fallait les ménager car nous n'avons pas encore de génératrice).

Le 4 janvier, tel que prévu on a rejoint le groupe à Mission où un petit meeting de bienvenue a lieu à 19 heures avec café et beignets pour que tous nous fassions connaissance un peu avant le grand départ. En plus, comme le lendemain on doit se rendre aux douanes avec le moins de véhicules possibles, nous nous jumelons...

Le 5 janvier, à 9h00, tous ensemble en co-voiturage, on s'en va quérir nos papiers à la douane mexicaine. Ça nous prend un permis pour le camion ($328,78 pesos/an), la fifth wheel ($547.96 pesos/10 ans) et un permis de séjour pour personnes qu'on paiera en sortant en avril mais qu'on ignorait à ce moment là - lolll. Juste pour retraverser aux USA (on est à peine à 1 km des lignes) ça nous a pris 1h30 par une chaleur accablante et sans air climatisé dans le camion car il faisait défaut ! En après-midi on s'occupe de faire un peu d'épicerie et se trouver una Casa de Cambio pour échanger nos dollars US en pesos. G. & L. nous accompagnent.

Le 6 janvier, réunion générale pour tous les caravaniers avec remise de la documentation et paiement de nos campings et activités car on part le lendemain.

Après la réunion, en après-midi, on a la visite de Jacques Boucher, une connaissance de très longue date qui campait tout près à Mission avec sa toute nouvelle roulotte. Ce fut fort agréable comme après-midi et André en a profité pour faire reluire le camion et la FW. Mexique... nous arrivons... tout shiné - lolll

Le 7, comme c'est dimanche, il avait été prévu dans l'horaire remis d'assister à une messe spéciale à la Basilique San Juan de Valle. C'était une activité libre que nous avons eu plaisir à faire avec notre couple jumelé G. & L. en co-voiturage. Tout en étant croyante, je ne suis pas une régulière des églises mais j'avais deux bonnes raisons d'y aller. Partant pour le Mexique, un pays où la religion est omniprésente, je me disais que ça ne ferait pas de tord d'aller s'en remettre au Grand pour qu'il nous guide sous une bonne étoile et d'autre part, c'est que cette messe chantée est accompagnée par un groupe de 15 mariachis mexicains (oui oui oui, des mariachis).

On part donc le soir vers 19 heures. En principe on devait juste traverser au Mexique et coucher les 22 caravanes aux douanes. Mais quand nous sommes allés chercher nos permis, on s'est rendu compte qu'il y avait beaucoup de travaux de réfection et que l'emplacement prévu pour nos caravanes était jonché de machineries lourdes. Par conséquent, les dirigeants ont préféré nous amener un peu plus loin dans un centre commercial. On terminait le stationnement des derniers VR quand des gardes de sécurité sont venus aviser les responsables de la caravane qu'il était impossible de dormir là en raison d'une histoire d'interférence avec leur système d'alarme. Alors quelques uns ont dû se déplacer à nouveau et on a dormi dans nos VR sur le bord de la route. Heureusement ce n'était pas une route grandement utilisée car elle menait au centre commercial qui était fermé la nuit. On était tous en sécurité de toute façon.

Le lendemain, on était plus que prêts à repartir et on se dirige donc vers Matehuala. Ce n'est pas évident de s'arrêter en chemin pour le dîner ou la pause pipi avec 22 caravanes qui se suivent mais quel plaisir tout de même. Les voitures mexicaines qui passent nous klaxonnent, non pas pour nous engueuler mais pour nous saluer. C'est vraiment super et ça a un petit quelque chose de frénétique. Faut dire aussi que nous sommes sur l'adrénaline !

On s'arrête, derrière un grand Pemex pour la nuit, ayant obtenu une permission spéciale mais avant d'aller au dodo, notre Chef de Caravane a organisé un 5 à 7 au champagne pour nous permettre de décompresser et de nous familiariser avec tout l'monde.

On repart le lendemain matin pour nous rendre à Guanajuato où un autre 5 à 7 nous attend mais cette fois, nous campons dans un RV Park, qui est en fait un champ aménagé en camping mais nous avons les services d'électricité, d'eau et d'égout... mais tout de même, il ne faut pas oublié que nous sommes au Mexique et que ces services sont "serviables" mais là s'arrête le mot "service" - lolll. Là où était notre emplacement, l'électricité ne fonctionnait pas. On a dû changer de place le lendemain matin. Pas bien grave... on est en groupe, on est à la chaleur et on a du bien bon temps. Le paysage n'est quand même pas si déprimant que ça, après tout ! Voyez par vous-mêmes...

Dès le lendemain matin, on est mercredi le 10 janvier, on commence à vraiment visiter... un autobus (bien 2 en fait pour avoir de la place pour tout notre monde) attend dès 9h00 les 44 caravaniers (avec guide français s.v.p.) et nous nous dirigeons vers l'ex-hacienda San Gabriel Barrera aux abords de la ville de Guanajuato. Les endroits qui, à l'origine étaient destinés au travail des métaux, sont maintenant 17 très beaux jardins, avec un style propre pour chacun d'eux. C'est une hacienda qui appartenait à Gabriel Barrera, propriétaire d'une mine d'argent. Au fil des ans, elle fut rénovée par d'autres propriétaires et est maintenant la propriété du patrimoine de la ville. Les emplacements miniers ont fait place au Jardin de la Reine (doit son nom à la visite que la Reine Isabelle II a fait dans les années 80). le Jardin Anglais est quant à lui caractérisé par la sobriété et son style laconique et est abrité par de très grands arbres. Par contre, le Jardin Mexicain, avec ses agaves et ses cactus, lui donne un aspect très spécial et original. Quant au Jardin du Coin de Béatrix, il doit son nom à une petite légende. En effet, on nous raconte que Béatrix, épouse du propriétaire don Gabriel Barrera, était capricieuse et que quand elle allait à son coin, disait: «mon amour je vais à mon coin, oasis de paix et ambiance de repos qu'au corps lui donne du relâchement et de la satisfaction à mon âme». Mais quand don Gabriel s'endormait, Béatrix sortait de sa chambre en levant ses robes et arrivait au balcon du coin, alors elle inversait la prière et disait: «au corps, il faut lui donner du plaisir et à l'âme du repos ». Quoiqu'il en soit, l'hacienda est magnifique comme vous pourrez en juger un peu...

 

Après cette belle balade dans les jardins, la visite prévoyait le Musée des Momies. C'est un "must" au Mexique que de visiter ce musée, ce que nous n'avions pas voulu faire il y a deux ans lors de notre premier voyage. Mais cette fois on décide d'accompagner le groupe. Laissez-moi vous dire que ce n'est nullement mon truc. Par contre, faut comprendre qu'au Mexique les gens vouent un culte très spécial aux morts et que ces momies sont tout de même une découverte en soi puisque ces corps sont momifiés de façon très naturelle par le milieu dans lequel ils ont été enterrés. Rien à voir avec des méthodes de momification. Je vous raconte vitement la petite histoire...

Pendant des années, Saint Sébastien a été le principal cimetière dans la ville de Guanajuato. Mais comme la ville se développait et qu'il fallait trouver un autre lieu pour le cimetière car il n'était plus assez grand, le Conseil Municipal a demandé un permis pour installer un nouveau cimetière. C'est alors qu'on a fait la découverte de gens enterrés dans un sol qui avait la caractéristique de favoriser la conservation des cadavres en les momifiant naturellement sans que la main de l'homme en soit la cause. Pour préserver cette "richesse" on a commencé à mettre les momies dans une salle spéciale pour les conserver et c'est alors que la population venait visiter cette "exposition hors du commun" et c'est ainsi que c'est devenu une "attraction" pour les touristes. On y expose 144 cadavres. À noter cependant que ce ne sont pas tous les cadavres qui se sont momifiés. Les fossoyeurs ont observé qu'uniquement les cadavres couverts de charbon et de chaux ont résistés à l'usure du temps. De plus, faut comprendre que ces momies sont récentes... ils ne datent pas de l'antiquité comme pour les égyptiens.

Bon... c'est discutable comme visite mais Le Louvre n'a-t-il pas son musée des momies également ? Si moi je n'aime pas, ce n'est pas une raison pour que je le rapporte pas dans mon récit. Par contre, je vous fait grâce de photos mais si vous voulez en savoir plus, cliquez ici.

On dînera dans un restaurant de première classe et reconnu situé en plein coeur touristique. Après le dîner, nous avons 2 heures libres pour visiter la ville et faire un peu de shopping si l'on désire... ce que nous avons fait car nous avions une commande spéciale de nos petits-fils qui voulaient des sombreros et des couvertures de couleur comme la mienne - lolll

Après quoi on poursuit la visite en nous rendant, toujours par autobus nolisé, sur le promontoire pour un coup d'oeil de la ville. Ce promontoire, à 2000 mètres, est situé au belvédère de la fameuse statue El Pipila, monument dédié en l'honneur du minier Juan José de los Reyes Martinez (El Pipila) qui est un héros de la première bataille pour l'Indépendance (1810 - il aurait enflammé la porte de l'Alhóndiga de Granaditas) contre les espagnols. La place offre une vue panoramique de Guanajuato qui est un spectacle unique autant de jour que de nuit. On peut apprécier ses plus importants immeubles: L'Alhóndiga de Granaditas, le Marché Hidalgo, l'Université de Guanajuato, le Théâtre Juárez, la Basilique Colegiata, le Jardin de l'Union, les belles coupoles du Temple Saint Diego et le Temple de La Compañía ainsi que beaucoup d'autres.

Quant au monument, de calcaire rose, il a été construit en 1939 et représente le héros portant une torche à la main droite. Sur sa base, on peut lire l'inscription "il y a encore d'autres alhondigas à brûler ". Derrière le monument il y a une petite porte qui nous mène à la partie du haut de celui-ci. La construction a des colonnes adossés sur lesquelles repose un entablement décoré avec des métopes et des triglyphes et plus haut en relief on voit l'écus de Sainte Foi de Guanajuato entouré des guirlandes et flanqué par des petites pilastres avec des cannelures sur lesquelles repose un fronton droit. Lors de notre passage, ils étaient à restaurer le monument qui est la fierté de la ville, il va sans dire !

 

On revient au camping pour le souper mais dès 19h on repart pour une soirée inoubliable.

Vous venez avec nous ??? Suivez la flèche...

OU

ou page 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 pour ceux qui n'ont pas tout lu d'un seul coup !