Louisiane

 


New Orleans (midi)

 

 

 

Automne 1994, vacances de couple ! sans enfants...

Le bonheur...

 

Un peu d'histoire ? L'histoire de la Louisiane est tortueuse... en voici un succinct aperçu.

L'histoire nous raconte que c'est l'espagnol Hernando de Soto qui découvrit le premier ce coin de pays mais que c'est le français (maudit français! - lolll) Robert Cavalier de La Salle qui y posa sa fameuse croix et revendiqua le territoire pour son illustre France en 1682. La Salle y établit son premier campement en 1714 à Natchitoches et vers 1718 la migration des colonies débuta avec la fondation de la Nouvelle-Orléans par Jean-Baptiste Le Moyne, sieur de Bienville. Vers 1760, l'essor de la Louisiane fut attribuée accidentellement aux Acadiens (cajuns) lorsque ceux-ci furent déportés de la Nouvelle-Écosse par les Anglais (encore eux!).

En 1762, la France céda la Louisiane à l'Espagne et ce fut le tour des Anglais d'être chassés... mais en 1800, après la guerre entre français et indiens, la France contraignit l'Espagne à lui remettre son territoire mais les hostilités entre les français et les anglais (ça ne changera jamais !) força Napoléon Bonaparte, par besoin d'argent pour gagner sa guerre contre les britanniques, à vendre la Louisiane aux Américains pour $15 millions en avril 1803. Et c'est ainsi que la Louisiane devint le 18e état des USA. Mais la guerre continua... et même deux semaines après la signature d'un traité de paix, comme les nouvelles ne voyageaient pas vite dans le temps, les britanniques envahirent la Nouvelle-Orléans: 5400 soldats britanniques ont combattu 3000 soldats américains aidés par les créoles, les indiens Choctaw, les esclaves, les pirates et les frontaliers. Et c'est ainsi que le Pirate Jean Lafite devint héros au côté du Général Andrew Jackson en protégeant la Louisiane des envahisseurs britanniques.

Entre 1800 et 1860, la population de la Louisiane passa de 50,000 à 700,000. L'économie devint vite prospère en raison des plantations de coton et de canne à sucre... mais la guerre civile, pour la liberté légitime des hommes, tua cette économie en détruisant les terres fertiles du delta. Les insectes, la mauvaise température, la mécanisation de l'agriculture ainsi que la corruption gouvernementale (encore!) eurent raison de ce qui en restait.

C'est pourquoi la Louisiane est aujourd'hui un BEAU ET GROS GUMBO ! Les ingrédients sont d'une variété surprenante: Africains, Caribéens ou Antillais (plus ou moins 20% de la population du sud de la Louisiane est noire), Britanniques, Français, Allemands, Américains de souche et Espagnols sans oublier bien sûr nos Cajuns.

C'est vers les années 1900 qu'on découvrit la richesse du sous-sol louisianais: le pétrole, le sel et les mines de sulfure. Après la Deuxième Gande Guerre Mondiale, le pétrole est devenu la ressource première de l'état et ce jusqu'aux années 1980 où cette fois c'est le tourisme qui prit la relève. En effet, l'industrie du tourisme s'est élevée comme un phare, guidant ainsi des milliers de curieux vers l'état Pélican.

Du point de vue géographique, l'eau est omniprésente surtout dans le sud de la Louisiane. (Mon mari André a même surnommé la Louisiane l'État aux milles ponts !) Le Mississippi draine la moitié de l'eau du continent nord-américain mais la rivière Atchafalaya, son exutoire, absorbe à elle seule le tiers de ses eaux à 80km au nord de Bâton Rouge. Sans un système élaboré de levés et d'écluses, la rivière Atchafalaya, voie fluviale la plus courte pour atteindre le Golfe du Mexique, aurait absorbé le Mississippi lors des inondations de 1973 et ce grand fleuve ne traverserait plus aujourd'hui la Nouvelle-Orléans. En déposant son limon depuis des millénaires, le Mississippi a rendu très fertile le sol de la Louisiane tandis qu'à des kilomètres en-dessous de la surface, les sédiments ont emprisonné d'énormes quantités de pétrole et de gaz naturel. Afin d'accueillir tous les bateaux de l'industrie pétrolière, la côte louisianaise a été défigurée par des milliers de canaux qui permettent l'entrée de l'eau salée dans les marais, tuant ainsi la végétation qui solidifie le marécage. Les inondations annuelles ne nourrissent plus les marais de nouveaux sédiments: pour les contrôler, les eaux du Mississippi sont retenues par des levés jusqu'à l'extrémité sud du Delta où elles peuvent enfin déposer leur limon. Sous l'emprise de l'homme, les majestueux marais du bassin de l'Atchafalaya, le plus grand de toute l'Amérique, se remplissent de limon tandis que le marécage se meurt en raison du manque de sédiments. Chaque année, la Louisiane abandonne ainsi à la mer une centaine de km carrés de marécages.

(je vous recommande d'aller lire une petite histoire sur le Mississippi... cliquez ici)

 

La majeure partie du sud de la Louisiane se compose de terrains humides, soit plus de 40% de sa superficie sont des marécages peuplés de cyprès ceinturant des bayous sinueux. Pas étonnant qu'on retrouve en Louisiane environ 7,500 milles de voies navigables. Le long de la côte, sur une largeur variant de 15 à 50 km, s'étendent des marais. Ces bassins marécageux regorgent de crustacés. Ils servent aussi de refuge pour l'hibernation des colonies d'oiseaux aquatiques et autres oiseaux migrateurs.

Au centre s'élève de petites collines, tandis qu'au sud-ouest c'est une vaste prairie qui à l'origine était une véritable savane mais qui aujourd'hui est une zone particulièrement fertile pour la culture. En effet, la Louisiane est parmi les 10 premiers états producteurs de patates (sweet potatoes), de soja, de riz, de canne à sucre, de coton et de noix de pacane (pecans).

Pas étonnant non plus, que l'industrie de la pêche, notamment les fruits de mer, représente 26% de la production américaine. On peut aussi compter sur l'industrie pétrolière et ses ramifications. L'aéronautique et l'aviation ont aussi une large part de cette diversité économique en raison de l'emplacement même de la Louisiane à l'embouchure du Mississippi. Les ports de la Nouvelle-Orléans et de Bâton Rouge sont dans les 5 plus grands en activité portuaire aux Etats-Unis. Eux deux, conjointement avec les ports de Lake Charles et de LaPlace, manipulent plus de 250 millions de tonnes de cargaison par an.

New Orleans

Fondée en 1718, cette ville est d'une attrayante contradiction où le passé côtoie le Nouveau Monde... On y retrouve un pot-pourri d'architecture, de boutiques, de restos, de clubs de toutes sortes, etc... New Orleans aurait pu s'appeler Sodome !!!

Le French Quartier, notamment la rue Bourbon, est le centre d'attraction nocturne de tout ce qui bouge à plusieurs kilomètres à la ronde: bière à profusion durant le Happy Hour, royaume du jazz à satisfaire les plus difficiles et sexe pour tous les goûts et tendances.

 

Dommage qu'on ait visité cette ville à l'âge de 48 ans !!!
Je regrette de ne pas avoir pu visiter la Nouvelle-Orléans il y a quelques années quand nos nuits pouvaient être plus courtes sans dommage pour notre équilibre physique.

 

La visite du French Quartier commence avec le Square Jackson, homonyme du vieux Québec:

amuseurs de rues, peintres, musiciens, arts sous toutes ses formes...

C'est le coeur du French Quartier

 

Au centre, y trône la statue de bronze du cavalier Andrew Jackson en mémoire de l'occupation de la ville durant la guerre.

Dans cette atmosphère de fête, trône le St.Louis Cathedral. Basilique des Pères Oblats Marie-Immaculée, dont la construction fut complétée en 1794 grâce à la grande générosité de Don Andres Almonester de Roxas.

Elle est l'une des plus vieilles cathédrales et la plus photographiées du monde ! Elle fut "outrageusement restaurée" en 1851 en remplaçant le style espagnol par l'ajout de clochers et portiques de l'époque de la renaissance grecque.

Et comme toute bonne ville qui se respecte, il y a son "marché". Le French Market fourmille d'activité et de gens hétéroclites.

On ne va pas en Louisiane sans visiter Le Cimetière Lafayette (1833). C'est l'architecture des tombes qui attirent notre attention!

En raison de la proximité de l'eau dans le sous-sol, il est impossible de creuser des fosses et l'on doit faire appel au style tombeau (parfois presque des mausolées) ou des "cases" pour les urnes...

Malheureusement, comme dans n'importe quelle ville, la pauvreté côtoie disgracieusement la richesse...

Plusieurs maisons dans les rues du centre-ville ont un air d'auto-défense. On est obligé de se barricader...


Short-Moran House (1859) Villa de Style Italien. La clôture originale, représentant des épis de maïs, fut expédiée par mer (1834) avant même la construction de la maison.

 

 

De New Orleans, nous voulons aller voir Bâton Rouge. Pour ce, on traverse de l'autre côté au nord du lac Pontchartrain. La traversée du Pontchartrain Causeway est des plus spectaculaires !

Ce pont, d'une longueur de 24 milles sépare deux lacs: Lake Pontchartrain et Lake Borgne. Ces deux lacs réunis nous font croire à une mer intérieure.

OU

1 | 2