Page 11 - L'Alaska

Ah bien là c'est vrai...   on est vraiment sur notre retour.  Si géographiquement parlant, Homer était le point limite du voyage, dans mon esprit à moi c'était la croisière qui était l'apogée de ce voyage.  Et c'est fait !

Par conséquent, le 33ième jour de notre voyage, le jeudi 17 août 2006, on quitte Valdez pour le sprint retour.  Quand nous avions quitté le Denali Park, tôt le matin (aux alentours de 8h30) il y avait 2 pousseux sur le bord de la route dans le parc.  Mon mari a peur de faire monter des gens qui font de l'auto-stop (du pousse en bon québécois) mais une fois à leur hauteur, je me suis rendu compte que c'était deux filles.  Malheureusement, il était trop tard pour s'arrêter car on roulait passablement vite et avec le poids de la roulotte, on n'arrête pas sur un dix cent.  On continue donc notre route et je fais la remarque à André que c'est dommage pour elles, que j'aurais bien aimé rendre à ces filles ce que d'autres personnes font à notre grande fille à nous.  C'est que notre Jue était partie faire du vélo au Nouveau-Brunswick et à l'Île du Prince-Edouard en même temps que nous, nous étions en Alaska.  Elle nous avait écrit pour nous dire qu'un moment donné on l'avait embarquée dans une camionnette car il pleuvait à boire debout, il ventait et faisait froid et qu'il y avait bien de la côte.  Un couple de québécois l'avait aidé à se rendre une trentaine de kilomètres plus loin à l'abri dans une auberge.  J'aurais donc voulu rendre la pareille à d'autres jeunes.

Tout ça pour dire qu'en sortant de Valdez, il y a "une masse noire avec un gros sac à dos" qui fait du pouce.  Cette fois, André ralenti et me dit de regarder au passage.  C'est une jeune fille.  On s'arrête pas mal plus loin et elle de courir pour nous rejoindre.  Je lui crie "take your time".  Je me mets à marcher vers elle et lui demande "you speak english or tu parles français" et elle de répondre "ah des québécois, mes premiers".  Le fou rire nous prend.  On installe son gros sac à dos avec sa tente et son matelas dans la roulotte et elle prend place dans le camion.  Eh que je suis contente !  Elle se dirige vers Fairbanks mais nous on monte vers Dawson City.  Par contre, Tok est à la croisée des chemins entre les deux artères et c'est à environ 250km.  On peut également la laisser à Glennallen, plus près, si elle veut prendre vers l'ouest car nous c'est vers l'est qu'on se dirige.  Il y a donc 2 possibilités pour elle.

Chemin faisant, on s'arrête sur le bord de la route car le camion chauffe en montant les côtes.  Heureusement, il n'y en a pas trop et on veut s'arrêter au Worthington Glacier, ce qui permettra au camion de se refroidir les esprits - lolll - et nous aussi.

Le Worthington Glacier est situé au mile 30 au nord de la Thompson Pass.  C'est un beau glacier encastré qui est très près de la route mais comme dirait l'autre, on a vu mieux (hihihi).  Non, mais avec le temps, on dirait qu'on ne voit plus les choses avec le même oeil quand il y a abondance et diversification.  Néanmoins, le voici dans sa "splendeur"... et la photo 2 c'est Isabelle Desmarais (notre pousseuse), originaire de Ste-Augustine près de Québec.  Ce sont les montagnes en face du glacier, de l'autre côté du chemin.

Après ce petit arrêt, tout l'monde est détendu, le camion aussi, et on continue notre route jusqu'à Glennallen.  On s'arrête à une station de gaz sur le coin et pendant qu'André fait le plein, Isabelle va s'informer s'il est mieux de continuer avec nous vers Tok ou de bifurquer vers l'ouest par Delta.  La dame l'informe qu'elle a plus de chance par Tok étant donné qu'elle fait de l'auto-stop et une fille seule...  plus prudent de continuer avec nous.  On s'arrête pour dîner et le trio poursuit sa remontée vers Tok.  On y arrive en fin d'après-midi vers 16h30.  Isabelle descend et va se poster sur l'intersection de l'Alaska Highway et Glenn Highway qu'on vient d'emprunter.  Quant à nous, on va faire le plein au Chevron sur le coin et on demande la permission de passer la nuit derrière.  Pendant qu'André installe la FW, je retourne voir Isabelle sur son coin de rue, l'avisant que nous sommes derrière la station de gaz advenant son impuissance à ce trouver un lift la menant directement à Fairbanks car on l'avait avisé de ne pas se faire descendre n'importe où en raison du peu de possibilité le long de cette route.  Fairbanks ou rien, c'était plus prudent pour elle en raison de l'heure.

Nous sommes donc à prendre une petite bière avant le souper quand on entend cogner à la porte.  "Notre" Isabelle se pointe, le coeur gros et les yeux larmoyants.  Comme elle n'avait pas eu de chance sur son coin de rue, elle était allée à la boutique de cadeau non loin de l'intersection et en prenant ses courriels elle a su que sa grand-mère venait de décéder.  Pauvre chouette !  On la réconforte du mieux que l'on peut et j'allonge mon souper qui est sur le feu.  À peine a-t-elle pris une gorgée de bière que ça cogne à nouveau.  Un type demande si on a bien une fille dans la roulotte qui veut se rendre directement à Fairbanks.  C'est qu'Isabelle, en pleurs à la boutique, avait raconté son histoire au proprio.  Comme "le type en question" était passé par là voir son copain, les deux gars se sont parlé d'une petite québécoise qui avait bien besoin de se rendre à Fairbanks pour essayer de prendre son avion plus tôt pour être à temps à Québec pour les funérailles de sa grand-mère.  Ni une ni deux, voilà Isabelle prête pour sa destination...  eh que le hasard fait bien les choses parfois !!!

Le lendemain 18, on reprend la route, direction WhiteHorse à notre Wal*Mart préféré (hihihi).  On repasse à Kluane Lake et André veut s'arrêter à nouveau car à l'aller il avait manqué ses photos car le petit bouton automatique s'était déplacé dans l'étui.  Alors on refait clic clic... sur le lac Kluane à nouveau (photo 1 - dommage on ne voit pas encore le vert émeraude de l'eau du lac) et un peu plus loin, clic clic sur le Icefield et Donjek Glaciers (photo 2)

Le camion chauffe de plus en plus mais on arrive à bon port.  André va au garage du Wal*Mart pour demander un changement d'huile et faire inspecter le radiateur car il croit que le problème vient de là (on n'avait pas de grille devant).  Dans l'impossibilité de nettoyer le radiateur, Wal*Mart le dirige vers un garagiste plus expérimenté.  Mais voilà... nous sommes un vendredi et ici à WhiteHorse c'est un long week-end, fête de la Découverte.  C'est un peu le pendant de notre St-Jean-Baptiste.  Tout est fermé et André veut aller chez le concessionnaire GM pour son radiateur et l'on doit attendre à lundi ou mardi.  Qu'à cela ne tienne... il y a fête au village et on va en profiter !!!

Par conséquent, et comme on a du temps à perdre, on va faire un petit tour aux festivités et durant les 5 jours de notre séjour au luxueux Wal*Mart, on en profitera également pour visiter les alentours.  Je dis "luxueux" mais c'est vraiment un Wal*Mart fait pour les VR.  On y est très bien.  On peut faire le plein pas loin dans une station de gaz et faire la vidange également.  À part l'électricité que l'on doit économiser, vraiment, on n'a pas à se plaindre d'être là et nous sommes quasiment en pleine ville.  Ça se fait à pied, une bonne marche, mais c'est très agréable.  Alors commençons par la "fête au village"...  faut comprendre que WhiteHorse est la capitale.  On pourrait s'attendre à une très grosse fête.  Mais ici c'est une communauté que je qualifierais de "villageoise" ceci dit non-péjorativement mais plutôt dans le sens d'une petite communauté tissée serrée.  Donc, au parc pas loin de notre cher Wal*Mart adoré, on a dressé des chapiteaux où les artisans du coin exposent leurs oeuvres, les fermiers leurs récoltes spécialisées et spéciales et où artistes et raconteurs se produisent.  On y passe une très belle journée.

On y fait la connaissance de 3 jeunes filles dont l'une est étudiante à Sherbrooke et qui est venue travailler à Whitehorse.  Les deux autres sont des amies qui sont venues la visiter.  Elle nous disait ne pas pouvoir se trouver de l'emploi à Montréal à cause de son manque d'expérience mais qu'ici, on lui avait ouvert tout grand les bras.  Elle adorait travailler à Whihorse et pensait même pouvoir renouveler son contrat pour l'hiver.  On a également rencontré un couple qui avait l'intention de s'établir, ils étaient à se chercher un lopin de terre pour se construire mais, disait-il, les prix des terrains sont très élevés.

Non mais, c'est-y pas beau ce coucher de soleil à 11h00 le soir !!!  Ce n'est pas parce que nous sommes dans un Wal*Mart qu'on ne peut pas apprécier ce que la nature nous donne.

On rencontre sur ce stationnement walmartien, un couple de St-Jean-sur-le-Richelieu - Denis et Pierrette - qui passe la semaine eux aussi.  Denis, qui semble être en business du camionnage, nous parle de Skagway.  On décide d'aller faire une petite excursion car parait-il c'est de toute beauté, surtout la route pour s'y rendre.  Allons-y...

Le long de la South Klondike Highway, on commence par Emerald Lake (il porte très bien son nom), le Carcross Desert (le plus petit désert au monde, causé par le retrait d'un glacier), Bove Island et le lac Tutshi et ses impressionnantes fresques panoramiques.  Le train passe au travers ces gigantesques canyons, c'est très impressionnant.  À un moment donné, on est tellement haut que plus rien ne pousse et les montagnes sont quasiment que du rock.  De plus, nous sommes constamment dans les nuages.  Il est difficile de photographier.  On passe la frontière entre le Yukon et l'Alaska une fois en haut.  Bien oui, en partant de WhiteHorse, nous sommes au Yukon mais rendu à Skagway on est aux USA en Alaska.  La route est superbe...  la scène ressemble à un "terrain lunaire".  Les arbres anciens et tordus s'accrochent aux rochers polis et lissés par les glaciers préhistoriques qui se sont effondrés par des années d'érosion.  C'est quasiment surréaliste !

La Ville de Skagway est géographiquement la plus grande ville de l'Alaska avec 455 miles de terre carrés mais la ville elle-même n'est pas grande (862 habitants).  Elle est par contre extrêmement touristique et très américaine.  Normal, c'est surtout là qu'arrivent les gros bateaux de croisière de 2000 passagers.  Mais c'est tout de même charmant.  L'emplacement de cette petite ville côtière est surprenante enclavée entre les montages et donnant sur un canal, le Upper Lynn Canal, permettant ainsi l'arrimage justement de ces gros paquebots.  C'est également de là que part les croisières menant à Juneau et le train White Pass (voir la photo "ici" j'ai indiqué le passage de la voie ferrée qui serpente dans les cayons).  D'ailleurs, Joseph Charles Taché, un canadien, a joué un rôle important dans la construction de ce chemin de fer à voie étroite, ouvert en juin 1900 et qui compte parmi les plus grandes réalisations de toute l'histoire du génie civil.

Comme on a une autre journée "à perdre", lundi (car le rdv chez le concessionnaire est seulement à 15h00) on décide d'aller faire une petite excursion à pied au Mile Canyon sur la Rivière Yukon, là où les chercheurs d'or passaient. (photo à gauche)  Il est à noter que le niveau de ce petit canyon a baissé de 15 mètres en raison de l'érection d'un barrage hydraulique.  Quel dommage !

Au retour, descendant vers WhiteHorse et à peine 1 km de la ville, monsieur l'ours noir grignotait son petit dîner.  Non mais... on est en pleine ville ici, sur le bord d'un boulevard par surcroît... mais pour qui il se prend celui-là. 

Ça me fait penser qu'au retour entre Tok et Whitehorse on a vu un gros grisly sur le bord du chemin.  André me crie et pointe du doigt vers l'ours...  stupéfaite, je regarde ce gros bêta sur le haut-côté et plus bêta que lui, j'en oublie de sortir ma caméra qui est à mes pieds.  Non mais...  faut l'faire... depuis le temps que je l'attendais celui-là !  Heureusement, on en a vu un autre le long de la route 93 au BC près de Liard River (un peu avant d'y arriver).  Il était sur le côté d'André et c'est lui qui a pris la photo mais le torrieux refusait de se lever la tête tout comme son cousin noiraud.

Ce soir là, nous étions à relaxer avant le souper, quand ça cogne à la porte.  Un type de Whitehorse voulait visiter notre roulotte car il avait l'intention de s'en procurer une dans les mêmes dimensions.  Nous avons passé une bonne heure à jaser VR et de la vie à Whitehorse.  J'vous l'disais que la communauté était très sociale - hihihi - à tel point qu'à force vanter cette ville à nos enfants, ma grande est partie y travailler !

Bon, le radiateur a finalement été nettoyé et nous pouvons partir le 23 août, nous sommes mercredi.  On s'arrêtera à Watson Lake (la ville des pancartes, vous vous souvenez ?), au même RV Park du centre-ville (allo centre-ville - hihihi) qu'on a bien aimé.  On en profite pour laver la roulotte, se laver et laver tout notre linge.  On est vraiment sur notre fin...  heureusement car il ne me reste presque plus de pellicule.  À peine 1 ou 2 poses.

Vous revenez avec nous ?  On s'arrêtera au Elk Island en Alberta et on a l'intention de faire un petit arrêt à Saskatoon.

OU

ou page 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 pour ceux qui n'ont pas tout lu d'un seul coup !