PAGE 31
 


Meix-devant-Virton

La commune de Meix-devant-Virton se situe à l’extrême Sud de la province de Luxembourg au coeur de la région Gaumaise en Wallonie. Elle occupe une position frontalière avec la France (à l’Ouest) et est proche du Grand-Duché de Luxembourg. Sa superficie avoisine les 5.500 ha.

Situé dans la cuvette de la Chevratte, le village de Meix-devant-Virton présente une typologie typiquement lorraine, c’est-à-dire un village linéaire avec de longues séquences de maisons mitoyennes. L’église occupe une position dominante par rapport au village. Un espace public aménagé se dégage au centre du village et c'est là que nous stationnerons le camping-car, juste devant leur maison.

Meix-devant-Virton aurait été un village sans grande histoire, s'il n'y avait eu le drame de 1636! 1636 fut une année de grande peste : la plupart des villages furent atteints, certains disparurent complètement. Mais à Meix, ce fut une toute autre histoire. Un détachement de l'empire austro-hongrois, des Croates, arriva dans les premiers jours de juin à Meix et commit "des vexations contre les habitants". Au moment de leur départ, un coup de feu partit, geste fatal d'un malheureux affolé, du cimetière et blessa à mort, rue de Launoy, le capitaine des Croates, alors que le détachement quittait le village. Le 11 juin, ces Croates font un retour offensif, décidés à venger leur chef. 127 maisons furent brûlées sur 129, il en resta une à chaque extrémité. Quelques habitants s'enfuirent au bois et eurent la vie sauve. Les autres se réfugièrent à l'église. Mais la soldatesque aperçoit des tas de fagots et une monstrueuse idée germe dans leur esprit. Les soldats entassent les fagots et du bois autour de l'édifice. Le feu jaillit et aux crépitements des flammes répond la clameur des suppliciés qui ont compris le sort atroce qui les attend.   Le mayeur Arnould Lambinet, son lieutenant Didier de Coulon et l'échevin Didier Toussaint décident de risquer leur va-tout. Saint Bernard, patron de Meix, Notre Dame d'Avioth, protégez ces audacieux qui ont confiance en votre puissance. D'une lucarne du clocher, ils affrontent un autre immense péril et sautent dans le vide. Est-ce un miracle ? Ils touchent terre sans se faire de mal et parviennent à s'enfuir, à échapper aux tortionnaires.  L'église brûla entièrement et 567 personnes périrent, victimes de cette barbarie.

Je mentionne cette anecdote historique car ma bru est d'origine serbo-croate et jamais Jeanne ou Remy ont fait allusion à cet événement car, dans mon esprit, même si ça ne date pas d'hier, ils pourraient avoir des réticences ou des préjugés envers les Croates. Ça vous prouve le respect que ces gens portent à leurs amis, même virtuels !

Même s'il y aura visite des alentours, notre présence dans ce bourg gaumais est surtout caractérisée par l'amitié qui s'est formée entre Jeanne et moi avec les années (nos maris ne se connaissant pas). Cette amitié virtuelle, d'abord embryonnaire, se développe au fil du temps, elle nait d’un mot gentil, d’une phrase d'encouragement échangée ici et là sur des forums de discussion, de conseils à l'occasion et d'aide mutuelle. Parfois ça devient plus intime par courriel et finalement on découvre que de l’autre coté de l’écran, il y a une présence qui nous devient peu à peu indispensable. Et c'est le cas de Jeanne... elle est ma sagesse et j'ai toujours hâte de lire ses mots même s'ils sont de l'autre côté de "la grande mare". Et le fait de la rencontrer, chez elle, dans sa maison et de pouvoir échanger de vive voix en plus de l'enlacer amicalement, cette amitié est encore plus forte. Maintenant je sais à qui je "parle" quand je couche sur papier ma "quotidienneté" mais surtout mes états d'âmes (bien oui, j'en ai !). Merci d'être toujours là pour moi Jeanne.

Petite attention: Pour nous souhaiter la bienvenue, ils avaient placé le drapeau canadien à la porte de leur maison. Quelle belle initiative de leur part... ça prouve tout le respect que Jeanne et son mari Remy portait à notre rencontre.


de gauche à droite: Anne (une amie de Jeanne que je côtoie aussi sur le net), Jeanne, Remy son mari et moi.

Les 2 hommes: André mon mari, Remy le mari de Jeanne et leur chien lors de sa balade journalière au bord de la rivière et sous la pluie
   

sans se consulter, nous étions habillées pareille, comme 2 soeurs jumelles !

Nous étions dans le petit stationnement entre les 2 haies, juste en face de sa maison comme l'indique la flèche rouge. Alors on pouvait retourner coucher dans notre camping-car sans déranger nos hôtes car nous n'avions pas le même horaire.
Après un repas (lapin en sauce que nous ne mangeons jamais au Québec) et quelque peu arrosé comme je disais... nous avons proposé à nos hôtes de faire la vaisselle avant de retourner dans notre camping-car pour qu'ils puissent se reposer à leur guise d'autant plus qu'André a vidé son chaudron de ce fameux lapin- lol et que nous puissions en faire autant et cuver bières Orval et Vin de qualité du scellier de Remy

Le jeudi 18 juin, ils nous amènent visiter l'Abbaye cistercienne Notre-Dame d'Orval à une douzaine de kilomètres de leur maison. Curieusement, où je demeure, nous sommes à 15 km de l'Abbaye Val Notre-Dame, également cistercienne (l'ex Abbaye d'Oka). Mais avant de rejoindre l'Abbaye, nous nous arrêtons à Basilique Notre-Dame d'Avioth. De style gothique édifié au XIVe siècle et situé dans le nord du département français de la Meuse dans l'ancien comté de Chiny, elle est classée monument historique depuis la première liste de 1840.

Initialement simple hameau, le village d'Avioth doit son développement à la découverte miraculeuse d'une vierge à l'enfant en bois dans le courant du XIIe siècle. Rapidement un pèlerinage s'y développe, et les autorités ecclésiastiques et féodales soutiennent rapidement l'édification d'une église digne de ce pèlerinage : la grande église d'Avioth est née ! Bernard de Clairvaux y aurait chanté pour la première fois le Salve Regina. C'est le Pape Jean-Paul II qui a élevé l'édifice au rang de Basilique en 1993. L'église Notre-Dame d'Avioth était autrefois un « sanctuaire à répit » très fréquenté. Le pèlerinage de Notre-Dame d'Avioth a lieu depuis le XIIe siècle et réunit encore aujourd’hui, le 16 juillet, de nombreux fidèles.

   

Et on reprend la route pour l'Abbaye d'Orval

Les vestiges les plus anciens découverts à Orval remontent à l'époque franque, mais la source d'Orval témoigne d'une occupation du site depuis la nuit des temps. Au 10e siècle, un premier oratoire est érigé dans le Val d'Or. Quelques moines bénédictins venus d'Italie s'y installent en 1070 grâce au comte de Chiny, seigneur du lieu. Ils y bâtissent une première église. Le site prendra son essor avec les frères envoyés par Saint Bernard en 1132. L'abbaye cistercienne plusieurs fois remaniée traversera les vicissitudes de l'histoire jusqu'au 18e siècle, où la prospérité d'Orval incite la communauté à construire de nouveaux bâtiments d'inspiration néo-classique au centre de la vallée. En 1793, les troupes révolutionnaires réduiront à néant ce nouvel ensemble et ce n'est qu'en 1926 que les moines trappistes reviendront ériger une nouvelle abbaye, sous l'impulsion du Père Marie-Albert van der Cruyssen.

L'Abbaye Notre-Dame d'Orval (comme Oka) est maintenant populaire pour sa fromagerie et sa brasserie. Évidemment, on s'est régalé de leurs produits autant de l'un que de l'autre - lol - et c'était plus qu'excellent, surtout avec un "vieux" vino que Remy est allé chercher dans sa cave à vin. Une vraie de vraie "cave" qui renferme une multitude de bouteilles dont certaines ont perdus leurs étiquettes et la transparence de leur bouteille tellement le vin a veilli. Son "scellier" personnel est une histoire en soi et Remy connait ses vins (même sans étiquette). Il ferait rougir les plus grands sommeliers de ce monde. Il a une richesse incommensurable qui dort sous ses pieds car ni l'un ni l'autre ne boivent. C'est pour la visite !!! Alors on ne sait pas fait prier pour "tester" ses millésimes.



   



Fontaine Mathilde - la source de la légende
Parait-il que c'est cette eau qui est utilisée pour le brassage de la bière !

J'pense qu'il y en a au moins deux qui aimerait bien en prendre une gorgée !

   
Galerie souterrraine pour se rendre au musée - remarquez les stalactite dans le couloir nous y menant

La légende de source Mathilde: la veuve Mathilde, ayant par mégarde laissé tomber son anneau nuptial dans la fontaine de cette vallée, se mit à supplier Dieu, et aussitôt une truite apparut à la surface de l'eau, portant en sa gueule le précieux anneau. Mathilde s'écria alors : " Vraiment, c'est ici un Val d'or ! ", et elle décida par reconnaissance de fonder un monastère en ce lieu béni.

Un petit mot sur le formage d'Orval: La fabrication du fromage d'Orval commence en 1928, deux ans après le retour des moines à l'abbaye du même nom. Ce fromage est fabriqué à base de lait entier pasteurisé du pays gaumais. Sa pâte pressée, non cuite, à croûte naturelle lavée, se caractérise par son onctuosité. Il s'apparente au port-salut. Le fromage d'Orval arbore le logo Authentic trappist product garantissant que le produit est fabriqué au sein d’une abbaye trappiste, par ou sous le contrôle des moines, et qu'une partie des revenus de sa commercialisation est consacrée à des œuvres caritatives.

Un petit mot sur la bière d'Orval: L'orval est brassé à partir de malt pâle et d'une faible proportion de malt caramélisé. Dans le moût froid est ajouté du sucre candi liquide. La première fermentation est faite avec des levures de type saccharomyces. Il est ensuite muri environ deux semaines dans des tanks de garde. Une deuxième sorte de levure est ensuite ajoutée (de type levure à fermentation spontanée) apportant la touche acide à l'Orval. C'est également à cette étape que sont ajoutés des houblons frais infusés (houblonnage à cru). Du sucre candi et des levures sont enfin ajoutés avant l'embouteillage afin de préparer la refermentation en bouteille. Elle se caractérise par une amertume assez forte (45 à 50 unités IBU) et gagne à mûrir en cave pendant quelques mois, debout, à l'abri de la lumière à une température stable comprise entre 10 et 15 °C. L'Orval détient une teneur unique en alcool (6,2 %).

Le vendredi 19 juin, nous quittons nos amis avec regrets. Quel accueil nous avons eu !!! C'est incroyable ce qu'une amitié virtuelle peut donner quand on rencontre les bonnes personnes. On rencontre des personnes sur Internet qui, au fil du temps deviennent des amis. On leur parle comme si les connaissait depuis toujours. On sait que la distance nous sépare, qu'on ne les rencontrera peut être jamais pourtant on s'attache à eux. On se découvre des points communs, on passe des heures à discuter. Ils sont si loin pourtant on a l'impression qu'ils sont là, juste à côté de nous. Et un beau jour, le rêve devient réalité ! On pourrait être décus, comme ça m'est arrivée dans le passé, mais avec Jeanne et Remy ce ne fut jamais le cas.

Aujourd'hui, un petit clic sur mon écran d'ordinateur et je me retrouve parfois avec toi. La distance n'existe plus, et qu'importe le jour et l'heure, je sais que tu es là pour moi et moi pour toi. Ce qui est bon avec un forum, c'est que le petit mot laissé, il t'attend. On parle de nos petites vies au quotidien mais d"autres jours c'est un peu plus sérieux: les peines, la maladie, le conjoint, etc... Mais au travers de nos écrits, il y a le ciel bleu de Meix et celui de Lanaudière et nos coeurs bourdonnent à l'unisson. On ne peut jamais savoir si nos mots nous font du bien, mais chose certaine, la sincérité est là et c'est parfois ce qui nous aident à sourire et à tenir le coup.

MERCI À JEANNE ET REMY... d'être plus vrai que vrai. Si seulement vous auriez accepté de venir au Québec !!!

Anne, l'amie de Jeanne nous a parlé de Metz. Je crois qu'elle vient de cette ville et nous nous y arrêterons en descendant car oui nous descendons sur Paris. Là c'est vrai, on est vraiment sur notre retour de voyage. Mais ne partez pas... il y a encore des petites choses à voir et surtout à lire... A+

OU