PAGE 24
 


Prague

Une autre mégaville, d'une superficie de 49,600 hectares (496 km2) avec une population (agglomération comprise) de 1,470,000 habitants. Pour ce qui est de la ville elle-même, c'est environ 1,280,510 habitants, ce qui donne une densité de 2,582 hab./km2

Située en plein cœur de l'Europe centrale, elle fut par le passé, la capitale du royaume de Bohême, du Saint-Empire romain germanique et de la Tchécoslovaquie. La ville aux mille tours et mille clochers (qui est encore la caractéristique architecturale de la ville) a miraculeusement échappé aux destructions de la Seconde Guerre mondiale et offre une architecture mêlant les styles préroman, roman, gothique, baroque, rococo, art nouveau et cubiste. En 1968, le Printemps de Prague et l'écrasement du « Socialisme à visage humain » par les troupes de l'URSS et du pacte de Varsovie ont profondément marqué les Praguois et inspiré la culture des années 1960-1980. Depuis 1992, le centre-ville historique est inscrit sur la liste du patrimoine mondial par l'UNESCO.

Prague se divise en plusieurs quartiers (57) qu'on nomme districts municipaux, d'arrondissements (22) qu'on dit districts administratifs. La Rivière Vltava serpente à travers ces quartiers, divisant la ville selon son bon vouloir. Ça complique quelque peu la visite des quartiers. Alors va falloir se restreindre à quelques-uns contrairement à Vienne qui était plus centrée.

Si en tchèque moderne, práh signifie « seuil », le nom est issu d'une vieille racine slave, praga, qui veut dire « gué » et que l'on retrouve dans certains toponymes (un quartier de Varsovie porte le nom de Praga). Une autre étymologie relie le nom de la ville au fait que la ville se trouve au seuil de l'Europe antique, aux marges des mondes slave et germain. D'après la légende, la ville fut fondée sur l'ordre de Libuše, prophétesse et fondatrice mythique de la lignée régnante des Přemyslides, là où un homme (qui devint son mari et le premier roi de Bohême) posait le seuil de sa maison. D'autres enfin, fascinés par le caractère magique de la ville, affirment qu'elle est le seuil, la porte d'accès vers d'autres mondes ou d'autres dimensions.

On jette un coup d'oeil sur ce que nous offre Prague ?

Ah oui, j'oubliais... on "logera" à l'Autocamp Trojska (Praha 7), beau petit camping familial aménagé dans un jardin privé, dans un quartier tranquille, à 15 minutes du tram pour le centre ville. De plus, si on n'a pas envie de cuisiner, le camping dispose d'un restaurant (petite carte) et on peut se procurer du pain frais et surfer sur Internet car il y a un point d'accès wifi au petit snakbar. On a les douches, l'eau chaude en permanence, WC, lavabos, salle à manger avec cuisine aménagée (réchauds), télévision avec antenne parabolique, réfrigérateur à disposition, possibilité de repasser et de plus c'est surveillé en permanence. Le bonheur total !!!

On commence par le vieux quartier juif de Prague (Josefov).

La communauté juive de Prague fut l’une des plus importantes d’Europe : la présence d’une population juive est attestée dans la ville dès le 8è siècle, d’abord éparpillée avant de se regrouper au 13è siècle dans l’enceinte de la Vieille Ville, au sein d’une ville juive à la juridiction autonome.

Elle connaît une histoire mouvementée où alternent des périodes de persécution (discriminations, pogroms*, expulsions) et  des temps plus cléments où s’épanouit une culture d’une grande richesse : la fin du 16è siècle et le début du 17è siècle (période du célèbre Rabbi Low et du maire de la ville juive Marcus Mordecai Maisel), le règne de Joseph II  à la fin du 18è siècle (dont le quartier juif gardera en hommage le nom de Josefov), ou le début du 20è siècle avec l’émergence de grands écrivains de langue allemande comme Franz Kafka ou Max Brod.

À la fin du 19è siècle, l’état de grande insalubrité du quartier juif conduit le conseil municipal à lancer la grande entreprise d‘assainissement (asanace en tchèque), qui aboutit à la destruction quasi totale du quartier, dont les ruelles labyrinthiques sont remplacées par de larges rues bordées de riches immeubles bourgeois. La plus importante est la rue de Paris, aujourd’hui bordée de boutiques de luxe.

Les synagogues historiques et le vieux cimetière échappèrent heureusement à cette brutale réhabilitation urbaine.  Elle rend malheureusement difficile à retrouver l’ambiance fascinante du vieux guetto, source de nombreux mythes littéraires.

*Pogrom: émeute tolérée ou soutenue par les autorités, dirigée contre les Juifs d’un ghetto et accompagnée de pillage et de meurtre.

Je ne peux vous fournir dans quels quartiers furent prises les prochaines photos mais ça vous donnera une idée de la ville
La place Venceslas (Václavské náměstí)

Avec plus de 200 photos prises à Prague, j'ai dû faire un choix car peu importe où vous regardez, il y a toujours quelque chose de super beau à photographier.
Alors, on va délaisser "la ville" un peu et aller voir du côté de la rivière...
Ce que vous venez de voir, et ce n'est qu'une partie, c'est ce que nous avons vu dans une journée - imaginez l'autre - lolll
Alors, épuisés, nous prenons une petite bouchée de pretzel et reprenons notre tram. Demain est une autre journée !

Voyager à Prague n'est pas de tout repos ! OK, les transports en commun (métro, tramway, bus, funiculaire) sont ponctuels, bon marché, propres, sûrs et couvrent efficacement toute la ville. Ils sont tous gérés par la même compagnie mais ce n'est pas évident quand tu es touriste et que la langue parlée devient tes mains - lol. On a beau parler français, se débrouiller en anglais et espagnol... les mains où le fascicule remis par l'Office du Tourisme sont ton seul moyen de communication.

On peut acheter des billets pour un seul trajet, mais on peut également acheter des forfaits de 1 à 3 jours à divers endroits mais pas dans le tranway et encore moins dans le bus. Il existe également un "billet intra-muro" qui vous permet de vous déplacer au centre-ville qui autorise les transferts d'un bus à l'autre pour 30 ou 90 minutes, selon votre forfait. De plus, il faut faire estampiller nos billets dès la première utilisation et il ne faut surtout pas oublier de le faire (qui plus est dans le sens de la flèche !) car les contrôles sont fréquents, surtout dans le métro. Même pour une simple étourderie, amende assurée avec paiement immédiat sous peine de majoration à régler au rez-de-chaussée du Central Building en autant que vous trouvez la place. Ça "casse" une journée ça mais heureusement ça ne nous est pas arrivé. De plus, il est parfois impossible de trouver un point de vente ouvert à proximité des stations et les guichets automatiques jaunes sont parfois récalcitrants et ne prennent pas les billets.

Il est indispensable d'obtenir à l'Office du Tourisme, la carte des transports avec leurs codes de couleurs. Disons que c'est du sport... et pour la billeterie (souvent fermée le dimanche) et pour prendre le bon tram ou le bon bus qui vous mènera là où vous voulez aller.

Donc... pour plus de sûreté... embarquez avec nous, on retourne à Prague...

OU