PAGE 20
 


Berchtesgaden

Je disais qu'il fallait trouver notre Aire de Service. On se promène dans les petites routes de gravier, on passe devant une scierie pour enfin aboutir à un endroit très spécial, à flanc de montagne. Le paysage est exceptionnel. D'accord, ce ne sont pas les grosses montagnes des Alples mais on est dans une vallée de moutons. L'accueil est cependant très chaleureux et malgré la rusticité des lieux, très propre. On se croirait dans un camp de bûcherons au Québec si ce n'était du décor qui nous entoure - lol




oui oui... la petite cabane, ce sont les toilettes très très propre

Commençons par la ville elle-même... Côté température, en partant il faisait beau mais en visitant la ville de Berchtesgaden on s’est fait attrapé par la pluie et c’était froid comme température, comme je l'ai mentionné sur la page précédente, question de vous préparer un peu. Alors les photos seront probablement plus sombres

On aperçoit les clochers de l'Église L'église Collégiale de Saint-Pierre et Saint-Jean-Baptiste
Église construite probablement au début du 12ème siècle mais, comme toutes les autres, a subi beaucoup de restructurations au cours des ans. Un nouveau chœur (1283-1303) de style gothique. Les dommages subis par l'Eglise, une destruction du duc de Bavière Frédéric en 1382 et le pillage qui s'en est suivi a laissé de gros dommages. Au début du 16e siècle une « rénovation majeure », a été entreprise. Il y a notamment des nombreuses reconstructions du 19ème siècle qui donnent à l'église sa configuration actuelle. Ainsi, les deux tours on été refaite entre 1795-1863, dans le style néo-roman, chacune 50,6 mètres de hauteur ayant été détruite par la foudre en 1596. Alors on les a refaites dans le style Renaissance et on les a augmentées à 76 mètres 1819.


À droite des clochers: le Château Royal

Maître-autel avec des autels latéraux

Au sud de la ville se trouve la 3e montagne d'Allemagne par sa hauteur : le mont Watzmann (2 713 m). C'est aussi le nom du parc national de Berchtesgaden (Nationalpark Berchtesgaden), l'un des parcs nationaux allemands qui abrite aussi une réserve de biosphère, gérée avec l'UICN et qui a pour objectif sur plus 6 290 hectares de forêts classée dans la zone centrale du parc de laisser réapparaitre une forêt sauvage (non façonnée par l'homme).

Berchtesgaden a été le lieu de résidence privilégiée de la princesse Marie-Élisabeth de Saxe-Meiningen, compositrice et mécène.

Malheureusement, la ville est essentiellement connue pour avoir été le lieu de villégiature d'Adolf Hitler, dès les années 1930. En 1937 la résidence devient son centre de conférence pour le Parti national socialiste. La montagne du Kehlstein (1 835 m), connue sous le vocable de « nid d'aigle » (Kehlsteinhaus en allemand ou The Eagle's Nest en anglais) est placé sur un piton rocheux à 6,017 pieds (1834 mètres) sur le flanc de la montagne. Il aurait été construit comme cadeau pour les 50 ans d'Adolf Hitler par Martin Bormann (prétexte ?). La photo est de Wikipédia pour vous donner un aperçu pris des airs, ce que je ne pouvais vous offrir.

Une route longue de 6,5 km comprenant 5 tunnels fut construite pour accéder à une plate forme d'où part un long tunnel de 124 mètres creusé dans la roche granitique. Ce dernier mène à un ascenseur en laiton poli qui conduit au sommet quelques 120 mètres plus haut en l'espace de 40 secondes. L'ensemble des travaux a été réalisé en moins de 13 mois ce qui permit de procéder à l'inauguration officielle de l'édifice le jour du 50e anniversaire du Chancelier du Reich Adolf Hitler et non expressément POUR son anniversaire. Le chancelier ne vint pas plus d'une vingtaine de fois dans ce lieu car, semble-t-il, il avait le vertige !!!.

À l'issue de la guerre, il est resté relativement intact. Il est accessible par un tunnel piétonnier, puis par l'ascenseur d'époque après un long couloir humide. Le lieu est très visité, on y accède qu'en autobus spéciaux que l'on prend à l'Obersalzberg car les bus sont synchronisés parce que deux cars ne peuvent se croiser; la montée est impressionnante mais n'est accessible qu'à la belle saison, Rien ne fonctionne en hiver. Le lieu est magnifique, surtout le promontoire, mais le restaurant est très quelconque, voir minimaliste, commerce forcé, rien ne rappelle plus le temps du furher, à part peut-être la salle de réception devenue salle de restaurant et c'est peut-être mieux ainsi (mais ce n'est que mon opinion). Le lieu ne demeure pas moins, une place "visitable" du moins pour sa hauteur et un peu d'histoire.

En contrebas du Kehlstein, se trouve le plateau de l'Obersalzberg où Adolf Hitler avait établi ses quartiers d'été avec des casernes, sa résidence du Berghof comprenant un bunker. Il y avait aussi un hôtel où les admirateurs du dictateur pouvaient venir pour un Mark par nuitée. Toutes ces installations ont été anéanties par des bombardements ; il n'est resté que le bunker.

Pendant la guerre froide, les forces américaines se sont installées au même emplacement. Aujourd'hui, un très important centre de documentation sur la guerre et le régime nazi existe; il abrite l'accès au bunker que l'on peut aussi visiter. Quant à la bâtisse principale sur la crête, c'est devenu un restaurant comme je disais mais pas de très bonne qualité... je le califierait de "casse-croûte".

   
On gelait sur la montagne, il y avait encore de la neige même si nous étions un 31 mai.
Et un moment donné le brouillard s'est mis de la partie... nous étions complètement dans les nuages et c'est l'cas d'le dire !!!
J'ai donc décidé de redescendre à pied par le petit sentier, sans trop savoir ce qui m'attendait.
André lui, continuait sa visite. On s'est retrouvé en bas pour attendre l'autobus de retour.

La plus jeune sœur d'Adolf Hitler, Paula, vécut les dernières années de sa vie dans le village de Berchtesgaden. Elle est avec celui-ci l'un des deux enfants de leur fratrie ayant atteint l'âge adulte, Alois Hitler et Klara Pölzl (les parents) ayant perdu tous leurs autres enfants en bas âge (le plus âgé avait 6 ans lorsqu'il est mort). Paula a six ans lorsque son père Aloïs meurt et onze quand sa mère Klara décède à son tour. Elle vivra d'une petite pension allouée par le gouvernement autrichien à Adolf et Paula. Devenue adulte, elle déménage à Vienne où elle travaille comme secrétaire. Elle n'avait aucun contact avec son frère durant la période des années difficiles de son frère (comme peintre à Vienne puis à Munich, durant la Première Guerre mondiale et au début de ses activités politiques). Paula et Adolf ne reprendront contact que lors du retour à Munich de ce dernier. À la demande de son frère, elle changera son patronyme et se nommera Paula Wolff (Wolf signifie « loup » en allemand, le surnom donné à Hitler). Elle profite de la position de son frère pour obtenir la maison de ses rêves par la menace auprès du propriétaire légitime. Son frère lui offrait chaque année un ticket pour se rendre au grand rassemblement nazi à Nuremberg (ville que nous irons visiter éventuellement). Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle occupera un poste de secrétaire d'un hôpital militaire jusqu'à la fin du conflit, où elle sera arrêtée par des officiers de renseignement américains en mai 1945. Elle leur dira qu'elle ne pouvait pas croire son frère responsable de l'Holocauste. Les Américains mirent ses déclarations sur le coup d'une marque d'affection fraternelle. Elle fut libérée, et partit s'installer à Vienne où elle travailla dans une boutique d'artisanat jusqu'en 1952. Revenue à Berchtesgaden où elle vécut en recluse dans un logement de deux pièces, elle mourut dans l'anonymat en 1960.

Bien triste période que celle d'Hitler... on estime à 6 millions de juifs exterminés sans compter le nombre d'handicapés mentaux. Et dire que certains croient encore que l'holocauste n'a pas existé !!!

Bon... revenons à du plus plaisant et du plus concret... André voulait aller voir l’Église St-Bartoloma sur une île au milieu d’un lac. On avait trouvé une carte nous disant que nous aurions un panorama à tel endroit. Après une longue ascension, j’ai rebroussé chemin mais André a continué la montée difficile vers le lac pour enfin se rendre compte qu’il ne pouvait pas photographier ladite église et qu’il aurait fallu prendre un bateau pour y accéder.

Donc retour à l’Aire de service où nous sommes très bien malgré la rusticité des lieux et la difficile accessibilité. Même les toilettes nous paraissaient « rudimentaires » m’attendant à aller faire mes besoins sur une planche de bois trouée. Mais non, c’était très bien n'est-ce pas, comme vous avez pu le constater sur la photo. André s’informe au camping où on peut manger des mets locaux. On nous réfère à un resto... où nous pouvons nous rendre à pied. André commande ce qu’un type lui avait conseillé mais il ne se souvient pas du nom. C’était du porc pané avec des grosses asperges blanches (sparfel) avec une sauce hollandaise. Quant à moi, j’ai commandé un Bergzaubers minute steak mais c’était en fait un morceau de porc gratiné avec du fromage des montagnes (?), des oignons rôtis et des frites. C’était super bon pour nous deux, quoique ayant goûté le porc d’André, j’ai préféré le mien. Question de goût !!! Au sortir du resto, André dit vouloir prendre un raccourci vers le camping tandis que moi je remonte le chemin banalisé (!!!)… j’arrive avant lui et me « cache » dans les toilettes car la pluie revenait en force et je n'avais pas les clés du camping-car pour entrer. Il a plu une partie de la nuit.

Demain on repart... direction Passau, toujours en Allemagne (pour l'instant) car après on fera un détour par la République Tchèque, l'Autrice pour revenir en Allemagne. Je vous l'ai dit qu'on voyageait d'un pays à l'autre faisant les villes d'est en ouest ou d'ouest en est, selon la distance entre celles-ci.

C'est donc un autre rendez-vous...

OU