PAGE 18
 


Oberammergau

Oberammergau est une commune en Haute-Bavière. Elle se situe au bord de la rivière Ammer. La montagne Kofel surplombe le village. Une caractéristique du village d'Oberammergau est le « Lüftlmalerei », c'est-à-dire des façades peintes. Au XVIIIe siècle, des citoyens et agriculteurs aisés ont fait décorer leurs façades avec des motifs religieux. Des exemples de cette peinture baroque sont entre autres les façades de la « Kölblhaus » et de la « Pilatus-Haus ». Cette commune abrite également une école de l'OTAN.

Oberammergau est célèbre aujourd'hui pour son Jeu de la Passion, représenté tous les dix ans (la dernière fois en 2010). En 1633, en pleine guerre de Trente Ans, la peste ravage, des mois durant, la ville d'Oberammergau, faisant 84 morts parmi les habitants. Les édiles font alors le serment d'effectuer tous les dix ans un « Jeu de la souffrance, la mort et la résurrection de Notre Seigneur Jésus-Christ », si le « Tout-Puissant » détourne le mal de la cité. L'appel entendu, à la Pentecôte de 1634 ils remplissent leur engagement pour la première fois, jouant la Passion du Christ sur une scène qu'ils installent dans le cimetière au-dessus des tombes des victimes de la peste. Au fil des ans, il y a eu plusieurs versions de ce jeu rituel qui se rejoue tous les 10 ans et qui attire plus de 5,000 spectateurs du monde entier. Avec plus de 100 représentations, les Passionspiele sont considérés comme l'événement religieux et culturel le plus important d'Allemagne. Chaque spectacle, qui est rejoué tous les jours, dure une journée entière (environ 6h par jour), avec une interruption pour le déjeuner. Le spectacle, qui se joue à guichets fermés, est assez grandiose, sur fond de montagnes, avec plus de 2 000 figurants qui y participent à divers titres (et des animaux) sur scène... Oberammergau vit des mois durant au rythme des préparatifs. L’organisation des Passionspiele fait l’objet d’un vote populaire et est placée entièrement sous la responsabilité municipale, et non de l’Église. Presque tous les habitants (qui reçoivent en contrepartie un petit dédommagement financier) participent à ce qui reste avant tout une belle profession de foi. Les hommes du village se laissent même pousser les cheveux et la barbe plusieurs mois à l’avance, pour mieux ressembler aux personnages bibliques ! 2020 marquera la 52e représentation. Le jeu commence avec Jésus entrant à Jérusalem, se poursuit avec son chemin au calvaire, puis sa mort sur la croix et se termine avec la Résurrection. Les représentations ont eu lieu de mai à septembre (dates sous réserves).

Mais nous, on a l'intention d'aller voir le Château Linderhof et de visiter l'Abbaye d'Ettal et pour cela nous camperons au Camping Oberammergau, évidemment ! Camping très bien situé. possibilité de se rendre à pied au village. Les sanitaires au top et gratuits. Emplacements plats et grands pour certains au bord d'une petite rivière. Pain frais le matin, wifi payante. Agréable endroit avec accueil sympathique.

Le Château Linderhof se situe dans un cadre paradisiaque, au coeur des forêts et des Alpes Bavaroises entre la frontière autrichienne et allemande en Haute Bavière. Il fut construit de 1874 à 1878 du vivant du Roi Louis II, le seul d'ailleurs. Il était autrefois une simple ferme familiale qui fut reprise par le roi Maximilien II, père de Louis II, pour ses jours de chasse. Il modernisa l'intérieur, mais laissa l'extérieur intact. Si le nouveau roi Louis II s'y rendait souvent, c'était plus pour l'isolement que pour la chasse, qu'il détestait par-dessus tout, comme la guerre. À partir de 1872, après maintes démolitions, reconstructions et rénovations, le château de Linderhof apparut peu à peu sous son état actuel. En 1873, il fut recouvert de pierres et la toiture renouvelée. Les derniers travaux furent achevés en 1885-86.

Les jardins du Linderhof sont une pièce maîtresse du site. L'architecte paysagiste Carl von Effner, qui dirigea l'aménagement du parc, a tiré parti des pentes du vallon pour installer bassins, cascades et jardins en terrasses. Le parc s'étend sur plusieurs hectares.

La Grotte de Vénus, entièrement artificielle, a été aménagée pour recréer l'ambiance de l'épisode du Venusberg de l'opéra wagnérien Tannhäuser. Le roi aimait aller sur sa « barque », rêvant à des mondes imaginaires, tout en écoutant de la musique de Richard Wagner, jouée par un orchestre dissimulé derrière des rochers.

Le Pavillon Mauresque est en fait l'ancien Pavillon de la Prusse de l'Exposition universelle de Paris de 1867. Il a été acheté à un industriel des chemins de fer prussien (Bethel Henry Strousberg) en 1876, à la suite de sa faillite. L'intérieur est somptueux.

La Hundigshütte (hutte de chasse) est issue d'un opéra de Wagner, La Walkyrie. L'intérieur se veut rustique, avec peaux d'ours, branches d'arbres. Le bâtiment a été ravagé par les flammes en 1945, et reconstruit à l'identique plusieurs décennies plus tard.

Malheureusement les photos intérieures n'étaient pas permises mais juste se promener sur ce grand domaine était déjà très satisfaisant d'autant plus qu'on voyait le soleil et sous une température frisant enfin le 18. Ça nous changeait du froid (3 à 10 selon les jours ou les nuits) et de l’humidité qui nous gelait jusqu’aux os… pour moi en tout cas. Les jardins se veulent une réplique miniature de Versailles. Malheureusement, les photos à l’intérieur n’étaient pas permises mais je peux vous affirmer que c’était d’une très grande richesse. D’ailleurs plusieurs présents furent offerts au roi Ludwig II par les rois français durant sa vie à ce beau château.


Les Jardins de Linderhof, inspirés des Jardins de Versailles

 


 


Fontaine de Neptune en marbre. L'eau de la fontaine provient du pavillon en haut des marches en se servant de la gravité de la pente, mais...

Fontaine doré de "Flora" au jardin donnant sur la façade principale

...il fallait les monter ces $/%&* de marches pour se rendre au pavillon

Fontaine de l'Ange

Monument à Venus au sommet du jardin principal (encore des marches !!!)

La grotte (entièrement artificielle) de Vénus
Abbaye d'Ettal
C'est une abbaye bénédictine, située en Haute-Bavière (Allemagne), près de la ville d’Oberammergau dans les Alpes. De style gothique au départ, elle fait partie de l'Archidiocèse de Munich et Freising. Fondée par Louis IV de Bavière en 1330. Au XVIIIe siècle elle possède une académie réputée mais en 1803 elle est sécularisée et laissée à l’abandon. Elle est réoccupée à partir de 1899. Elle était un lieu de pèlerinage important mais elle est devenue aujourd’hui un lieu touristique populaire. Les bâtiments détruits par les flammes furent reconstruits avec l’aide de nombreux artistes de l’époque. Leur collaboration donna naissance à une création type du rococo bavarois. Un décor très riche est mis en place notamment par la dominance du motif d’une gracieuse coquille qui siée à l’harmonie du buffet d’orgue. Cette harmonie est l’œuvre de Georg Herterich. Johann Georg Übelher, l’élève de J.B. Zimmermann, réalisa les enduits (stucs) et la peinture d'angelots (putti). Des tableaux furent réalisés par des artistes en vogue à l'époque ornèrent les autels. L’abbaye est considérée comme « une des plus riches créations du rococo bavarois ».

   

L’église Saint Pierre et Paul d'Oberammergau
Elle a été construite entre 1737 et 1742. La basilique du style rococo se distingue par sa décoration intérieure particulière – ses murs et son plafond sont couverts des fresques peintes uniques. Une grande partie des fresques appartient au pinceau d’un maître allemand Matthäus Günther. La table d’autel est créée par le sculpteur Franz Xaver Schmedle. Les pièces décoratives représentent des scènes sacrées. Comme par exemple, la Vénération du tombeau de Saint Pierre, le martyr de Saint Pierre et Paul, et d’autres. L’église de Saint Pierre et Paul en Oberammergau figure parmi les lieux touristiques les plus visités de la région.

Quelques maisons "en ville"

En quittant notre camping le lendemain, nous étions encore sous un beau soleil et une température très confortable. On se retrouve donc à l’Aire de service de Mittenwald (nom de la ville) au pied des montagnes enneigées. Alors la journée se passe à visiter cet autre petit paradis bavarois… Vous me suivez...

OU