PAGE 12
 


Rome

On s’est laissé dans les toilettes du camping de Sienne où la proprio n’a pas très aimé me voir brancher mon ordinateur à la prise électrique pour les rasoirs (pour écrire à mes enfants) car nous n’avions pas pris l’option électricité de son camping. Après notre 275km environ, nous voilà dans un Aire de Service LGP en banlieu de Rome.  C’est très bien aménagé, sauf que nous n’avons pas de toilette ni douche. Par contre nous avons une place pour faire la vaisselle. De notre camping, petite marche jusqu'à Via Casilina pour prendre un train, ensuite le métro pour se rendre au Centre-Ville.

Si Rome ne s'est pas construite en un jour, nous on s'est gardé 3 jours pour visiter la ville. Quoi dire de bon sur Rome... j'ai bien de la misère car je n'ai pas aimé - mais pas du tout même si c'est la Capitale de l'Italie. Peut-être avais-je trop d'attente, je ne sais pas mais même le Vatican, avec son opulence, m'a dérangé. Quand tu vois toute la misère du monde, les églises catholiques qui disparaissent à vue d'oeil et qu'en même temps tu lis que les richesses du Vatican sont estimées à une valeur approximative de 10 milliards de dollars, comment ne pas être sidérée !!! Je crois en une puissance intemporelle mais, pour moi, la religion catholique est une affaire d' "humainerie" douteuse et ça m'afflige énormément. Bon, passons à autre chose que mes états d'âme.

Donc, le 14 mai, on s'y met... Le Vatican. Ce n'est pas que ce n'est pas beau, bien au contraire mais faut s'y rendre... les transports, à cause de négociations syndicales, ils fonctionnent de 8h30 à 17h00 et de 20h à 24 heures.  Donc, fallait prendre d’abord un train en face de l’aire de service qui lui nous amenait au Métro qui lui pouvait nous conduire au Vatican.  Tout ça avant 8h30.  Donc, à 7h00 on était au train qui a pris environ 40 minutes pour nous amener au Métro qui était tellement bondé…. tellement que des sardines se sentent sûrement à l’hôtel 6 étoiles dans leur boîte de conserve.  On était « écrasés » littéralement et que dire de ceux et celles qui voulaient sortir pendant que d’autres poussaient pour entrer et le verbe « pousser » n’est pas encore assez fort.  Bon… voilà c’est fait et on se retrouve au Vatican.  On ne peut pas dire que ce n’est pas impressionnant avec sa Place St-Pierre, sa chapelle Sixtine (et non Sextine - quoique qu'avec tous ces prêtres-abuseurs, il y aurait de quoi pour changer le nom de ladite chapelle)) et toutes les fresques restaurées dans les diverses chambres de ce gigantesque lieu « de prière »…  mais mon point de vue sur l’argent et le catholicisme s’est renforcé de plus belle sans compter sur le coût des visites.  Mais on ne va pas à Rome sans voir cette « merveille » de richesses.

Pour le reste, Rome est sale, très sale même (sauf bien sûr aux alentours du Vatican).  Déjà qu’au camping on nous avait dit de faire attention aux pickpockets qui pillulent à Rome et que nous étions partis avec le strict minimum, André ayant laissé sa grosse Nikon au camping-car.  De toute façon, on ne peut voir le Vatican dans tout son ensemble quand on est « sur place ».  Seule une vue aérienne peut nous le permettre.

Je vais vous présenter "que le beau", la laideur et la saleté ça ne se photographie pas... ça se regarde immobile et affligé ! 


Notre Aire de Service LGP

Le Tramway qu'on prend au bout du camping

Une partie de la Place St-Pierre

Basilica di San Pietro (Basilique de St-Pierre) - Symbole du catholicisme, c'est la plus grande église dans le monde: la nef est de 187 mètres de long et le dôme atteint 136 m. de hauteur. Le premier édifice a été construit au IVe siècle sous l'impulsion de l'empereur Constantin sur le lieu où fut enterré Saint-Pierre, martyrisé à l'époque de Néron. La construction de l'actuelle basilique a commencé en 1506 sous le pape Jules II.

Il nous fut impossible de s'approcher de l’imposante façade du XVIIe siècle car on avait bouclé le périmètre avec des barrières où s'entassaient des chaises et un écran géant. On a donc dû faire la file "de côté" pour y entrer
   
On a admiré quelques artéfacts mais impossible de les prendre en photo. Même ceux pris en cachette, on ne peut pas dire que le rendu est lumineux.

La Cour de la Pigna
La Pigna (pomme de pin géante) en arrière-plan et la sphère de bronze au premier-plan. Cette Pomme de Pin en bronze est le symbole du fruit de l'arbre de vie. Elle aurait été découverte près du Panthéon. Probablement faisant partie d'un Temple dédié à Isis. Dans le temps, de l'eau s'écoulait par les écailles.
Le sculpteur italien Arnoldo POMODORO (curieusement, pomodoro veut dire tomate) a donné à la Cité du Vatican une sphère en bronze de 4 mètres de diamètre. On peut faire tourner cette sphère à la main, ce qui lui imprime un mouvement lent scintillant d'un très bel effet ! Sur certains angles, on peut admirer en même temps le Dôme de St Pierre !
   

Un petit dîner à l'heure européenne avec pizza et vino !

Castel San Angel (Château St-Ange)

Vers 3 heures on ne pouvait toujours pas reprendre les transports en commun avant 5h00.  J’ai suggéré à André de « sauté » la balade des sardines en métro et de nous rendre à pied jusqu’à notre petit train pour nous ramener au camping.  Mais mon mari étant gaucher, ça lui arrive de mélanger sa droite et sa gauche.  Ce qui fait qu’on a marché longtemps d’une place à l’autre, traversant tout le centre-ville de Rome (sans prendre de photo) pour retrouver finalement notre train.  Inutile de dire que le lendemain, donc le 15, je ne suis pas retournée en ville, André y allant seul.  Le 16, on se repose au camping.

Par conséquent, le 17, de mai toujours, réveillé par une toux incontrôlable du mari aux alentours de 5h du mat, on reprend la route pour un gros 400km.  Ça peut sembler peu au Québec mais 400km en Europe c’est du sport car beaucoup de ronds-points, pas de voie de contournement de villes et les italiens conduisent comme des malades, pire qu’au Mexique mais mon mari s’en vient bon en ce domaine.  Comme on dit... à Rome, conduis en Romain - lol.

On s’en va à Ravenna, ville qu’on ne connaît pas mais faut bien s’arrêter quelque part en remontant l’Italie si on veut rejoindre l’Autriche. Vous nous accompagnez quand même ?

OU