PAGE 7
 


Porto Vecchio

Nous allons nous arrêter à l'Aire de Service de la Plage Porto Vecchio pour 2 nuits. Nous sommes exténués !!! Donc, on pourra visiter la ville tranquillement mais aussi "faire de la plage" pour nous reposer. Un jour pour l'un, un jour pour l'autre !

La « cité du sel » comme on l'appelle est la troisième commune la plus peuplée de l'île après Ajaccio et Bastia. C'est une autre station balnéaire hautement réputée pour les plages qui l'environnent (Cala Rossa, Palombaggia, Santa Giulia...), la cité génoise possède des marais salants d'une dizaine d'hectares aujourd'hui à l'abandon, qui produisaient environ 1 000 tonnes de sel par an. Ils se situent entre la ville et l'embouchure du fleuve. Le spectacle serait splendide en début du mois d'août, pendant la récolte du sel, mais nous sommes début mai, malheureusement !

Le nom corse de la ville est Portivechju (port-vieux), prononcé [portiˈβɛcu]. Le centre-ville de Porto-Vecchio occupe une courte arête rocheuse autrefois fortifiée. À son pied s'étend la marine de Porto-Vecchio. L'arrière-pays de Porto-Vecchio comporte de nombreux villages et hameaux de plaine ou d'altitude à prédominance agricole. Ainsi, les villages de Precojo, de Ceccia, d'Arca-Pianelli, de Muratello ou encore de l'Ospedale, pour la plupart autrefois peuplés de manière saisonnière par des bergers de Quenza, sont englobés dans la commune. La commune compte aussi de nombreux lotissements épars principalement dédiés au tourisme et parfois décriés par les locaux pour leur participation à l'étalement urbain.

En voici un aperçu en photo:

Une autre église St-Jean-Baptiste dédiée à San Giovanni Basttista (le St-Jean-Baptiste en question) fut construite au XIXe siècle, en granit mais sera achevée qu'en 1896 grâce à des souscriptions publiques, lesquelles n'ont pas suffit à terminer le reste. De style roman, elle possède un élégant clocher; les vitraux ont été restaurés dans les années '60 mais l'église demeure toujours inachevée.

Notre Aire de service à Porto Vecchio - Parking de la plage qui est à 200 mètres

Anecdote: On a pu visiter qu'un tout petit quartier de 2-3 rues car on avait bouclé le périmètre avec un cordon jaune comme vous pouvez le constater sur l'une des photos. Des agents faisant enquête sur ce qui semblait être une bagarre (ou meurtre) durant la nuit, certains commerçants nous ayant dit avoir entendu une femme crier et des coups de feu. Donc, certaines rues nous étaient interdites par les policiers et tout le monde se terrait chez eux de peur d'avoir à témoigner je crois.

Bien reposés, épicerie faite dans un Leclerc, nous reprenons la route le 4 mai pour Corte. On doit remonter complètement en Haute-Corse. Donc, il y aura forcément arrêt en en chemin malgré que ce soit environ 175km. C'est en montagne, par les petites rues et traversant les communes diverses avec le motorisé, on prendra ça relaxe car on veut profiter du paysage mais aussi parce qu'on nous a parlé de Zonza, de sa forêt et son col de Bavella. On va donc y faire un arrêt et coucher là un soir si possible.

Zonza

Petite capitale de la micro-région de l'Alta-Rocca, ancienne terre des seigneurs Della Rocca, Zonza a niché ses hautes et vieilles maisons de granit bâties sur des blocs rocheux, à près de 800m d'altitude, qui dominent la vallée de l'Asinao au milieu des châtaigniers, des pins et des chênes verts et de plusieurs forêts: l'Asinao, Bavella, Zonza et l'Ospedale. En effet, le village de Zonza offre une vue panoramique sur les aiguilles de Bavella (1300 m) et l’Incudine. C'est tellement haut que nous roulons au dessus des nuages... très spécial comme sensation.

Quant au col Bavella, il est, avec les cols de Vergio, Vizzavona et Verde, l'un des quatre « grands cols » de Corse, permettant de relier les deux versants de l'île par l'intérieur. Il est le plus méridional. Il est réputé pour être le plus ardu de l'île par son versant oriental, avec les 7,4 derniers kilomètres à 9 % de moyenne et des pointes à 11 %.

Allons voir ça de plus près... mais avant on prend le camping La Rivière sous une forêt de chênes liège et sur une exploitation agricole biologique... Belle place où nous avons rencontré un groupe de caravaniers qui faisaient partie des Voyages organisés d'Orcada-Voyages, circuits organisés partout dans le monde même au Québec ! Nous avons pu assister à leur façon de faire les réunions, nous qui avions été pendant quelques années serre-files pour une organisation similaire au Québec. Ce fut fort intéressant et enrichissant.


les reflets colorés sont les fleurs artificielles que notre locateur a mises sur le tableau de bord près de la vitre de son motorisé

ces pics de montagnes, s'appellent "aiguilles de porphyre", une roche magmatique très dure présentant de gros cristaux de feldspath (métal alcalin)
Bavella est un haut lieu de la montagne Corse ! Et pour cause : à la fois massif, col et forêt, il résume à lui seul les particularités du relief de l´île, à savoir des formes perpétuellement délirantes et des couleurs qui vont du rouge le plus clair au gris le plus sombre, le tout saupoudré d´immenses forêts de pins laricio. Les plus beaux panoramas, notamment sur les aiguilles de Bavella, sont à voir au col du même nom (1218m. d´altitude), en plein parc régional. 

Après on s'est "payé" une bonne marche de 5km pour nous rendre au village de Zonza
   

Bien oui, fallait pas oublier l'Église de l'Assomption !

Et on revient au camping pour une pause bien méritée... et une p'tite bière !

Une note supplémentaire concernant ce massif de Bavella... Outre son potentiel d'escalades et de randonnées, c'est par ici que passe une partie du grand G20 sur des sentiers tout de même banalisés. Malheureusement, le site a été ravagé par un incendie en 1960 mais des travaux importants de réhabilitation ont été entrepris: les forestiers ont planté plus de 120,000 jeunes arbres. Malgré tout, il demeure un site de choix pour ceux qui recherchent les sensations fortes en faisant la Grande Randonnée 20 (GR20) qui traverse la Corse du nord au sud (le numéro 20 est par ailleurs l'ancien numéro du département de la Corse) en passant par la chaîne de montagnes. La randonnée s'étend sur près de 180 kilomètres et peut être effectuée en 16 jours (environ une étape par jour) avec une moyenne de 7 heures de marche par jour, voire plus si les étapes sont « doublées » ou « triplées », certains randonneurs expérimentés pouvant la faire en seulement quelques jours.

Bon... on ira pas jusque là, mon 5km m'a suffit. On va remonter vers Corte. Vous venez ou vous restez pour le GR20 ?

OU